Une question de priorités

0

On dit souvent que les épreuves que la vie place sur notre chemin nous aident à devenir plus forts. Si tel est le cas, il est évident que le planchiste de Lac-Beauport Éli Bouchard jouira d’une force exceptionnelle dans l’avenir. Papa et frérot ont tour à tour été testés par le destin récemment, des épreuves qui ont eu pour effet de resserrer les liens familiaux chez les Bouchard.

Réglons quelque chose dès le départ : la carrière d’Éli va bien. Depuis notre dernier texte à son sujet il y a deux ans, le jeune homme qui en a maintenant dix continue de susciter l’intérêt partout où il passe, tellement il est en avance sur le développement normal d’un sportif de son âge.

Toutefois, le sport est devenu un peu secondaire au cours des derniers mois, puisque deux épreuves majeures se sont placées devant Éli et sa famille. D’abord, son frère aîné a été pratiquement immobilisé – et du coup tenu à l’écart des pistes enneigées – pendant deux ans à la suite d’un accident qui a nécessité une opération majeure aux vertèbres.

Puis papa devra sous peu subir une greffe de rein.

« Je pense qu’Éli va sortir plus fort de tout ça. Il continue de descendre les pistes et il continue d’avoir du plaisir à le faire. Il sait que le meilleur est à venir », explique François, le paternel, quelques minutes après avoir partagé de précieux moments sur les pistes avec son fils.

Quelques heures plus tard, Éli et toute la famille, papa exclu, quittaient pour la Chine en compagnie du premier ministre Philippe Couillard pour y effectuer une tournée promotionnelle.

Une star en Asie
Il faut savoir que le planchiste prodige est une vraie star en Asie, plus précisément en Chine. En janvier, il en était à une troisième visite déjà.

« C’est difficile à expliquer, mais Éli est devenu l’icône de la planche en Chine. Ils se préparent aux Jeux olympiques de 2022 là-bas, et ils ont décidé de mettre des visages inspirants de l’avant, des visages accessibles qui peuvent devenir des modèles. Quand Éli va en Chine, il est une sorte de star », explique sans détour le père, également surpris de la tournure des événements.

Imaginez, son fils est suivi par des milliers de personnes sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram!

Voilà probablement pourquoi le premier ministre du Québec lui a demandé de l’accompagner dans sa plus récente mission dans cette partie de la planète, encore méconnue du monde occidental.

Une « pause »
Ceci dit, il ne faut pas penser qu’au quotidien Éli Bouchard en a plein les bottines avec les compétitions. Lui et son père ont convenu que le temps n’était pas à surcharger l’horaire, puisque de toute façon, la meilleure façon de s’améliorer à cet âge est de s’entraîner.

« Lorsqu’Éli n’aura plus de plaisir, il va arrêter de faire de la planche, tout simplement. On essaie donc de ne pas sauter d’étapes. Il aura amplement le temps de faire de la compétition sérieuse dans les prochaines années », explique sagement son père François.

Partagez

À propos de l’auteur