Un concept d’alimentation en vrac pour consommateurs avertis

0

La Récolte

L’Écho du Lac s’est entretenu avec Flavie Morin, résidente de Stoneham et native de Lac-Beauport, ayant fondé depuis peu La Récolte, un commerce situé à Limoilou. Cette entrepreneure de la relève souhaite faire découvrir à tous l’alimentation en vrac; une consommation reconnue pour être abordable et écologiquement responsable.    

C’est en consultant des blogues européens que Flavie Morin s’est intéressée au potentiel commercial de l’alimentation en vrac. « J’ai eu le déclic qu’il n’y avait pratiquement pas ce genre de commerce au Québec. On invite les gens à apporter leur propre contenant en magasin et à les remplir de la quantité dont ils ont réellement besoin », explique la propriétaire.

Selon Mme Morin, cette façon différente d’acheter et de consommer permet d’éviter le gaspillage d’une grande quantité d’aliments, mais aussi d’emballages. « Les armoires des gens sont pleines d’aliments dont ils ne se servent pas nécessairement, mais qu’ils ont achetés en grande quantité dans les épiceries traditionnelles. La Récolte permet, par exemple, aux gens d’essayer de nouvelles recettes à un très faible coût », ajoute l’entrepreneure.

« Lorsqu’on va à l’épicerie, les poivrons qu’on achète sont souvent dans des sacs de plastique et plusieurs ajoutent un suremballage à tout ça », déplore-t-elle.

C’est en décembre 2016, au terme de plusieurs mois de préparatifs, que la boutique a ouvert ses portes. « Les gens semblent inclure La Récolte à leur routine quotidienne. On commence à revoir des visages. Il y a aussi beaucoup de jeunes familles qui viennent découvrir le concept la fin de semaine. La réception des gens est très positive », précise Flavie Morin.

Entreprendre en 2017 

La fondatrice de La Récolte était loin de se douter qu’elle ouvrirait un jour les portes de son propre commerce. Flavie a élargi ses horizons en complétant d’abord un baccalauréat en administration et développement international, puis en étudiant le management et l’anthropologie.

Ce bagage d’études lui a été bénéfique pour la suite des choses. La recherche de financement de base, de fournisseurs fiables et la diversification de son offre ont été des étapes importantes de ce processus. « Je voulais un local situé sur la 3e avenue à Limoilou pour l’essor commercial de ce secteur et aussi parce que le concept de commerce de proximité s’y applique bien », ajoute Flavie Morin.

Expansion  

Bien que l’expansion de son entreprise ne soit pas dans ses plans pour le moment, la jeune entrepreneure ne ferme pas la porte à cette possibilité. « Une ouverture éventuelle près de l’Université Laval pourrait être possible, mais il faut s’assurer de l’implantation solide d’une première succursale avant de penser à prendre de l’expansion. (…) Je suis convaincue qu’il faut continuer à promouvoir cette alternative intéressante », conclut, souriante, Flavie Morin.

Partagez

À propos de l’auteur

C’est avec grand plaisir que s’est joint Édouard à l’équipe de l’Écho du Lac, en 2016. Originaire de Lac-Beauport, ce journaliste est passionné par les questions d’enjeux publics. Il détient un baccalauréat en affaires publiques et relations internationales, une formation en droit, économie et politique. Édouard a également obtenu un certificat en journalisme décerné par le Département d’information et de communication de l’Université Laval. Il écrit aussi pour l’Adsum, le journal bimensuel de la communauté militaire de la région de l’est du Québec.