Vernissage à la Grange du Presbytère

0

La Grange du Presbytère accueillait, ce jeudi 31 mai, le vernissage de l’exposition de peinture des élèves d’arts de l’école secondaire Le Sommet. L’occasion de célébrer la première cohorte de secondaire un en concentration arts plastiques pour cet établissement. Une cinquantaine de personnes étaient venues admirer les œuvres produites pendant l’année scolaire par les élèves de secondaire, mais aussi de certaines classes de primaires de tous les secteurs nord.

Une double première
C’était effectivement la première fois que l’école secondaire Le Sommet venait s’exposer pour quatre jours à la Grange du Presbytère. Le vernissage et l’exposition étaient l’occasion pour l’école de souligner le travail effectué durant l’année scolaire par la première cohorte de la classe concentration en arts plastiques de secondaire un. La cinquantaine de visiteurs, principalement des parents et amis des élèves, ont pu admirer plus de 150 tableaux produits par les jeunes artistes durant l’année.
« Il s’agit d’un nouveau projet qu’on a lancé. On a 28 élèves qui ont répondu à l’invitation dès la rentrée. Ça s’adresse aux élèves qui s’intéressent à l’art », commentait Stéphanie Kelly, la professeure d’arts et responsable du projet. Fière de pouvoir souligner cette nouvelle filière, l’école avait donc choisi de mettre les petits plats dans les grands. « On est heureux de pouvoir faire une place aux arts plastiques. C’est une belle occasion de trouver un horaire pour les jeunes où développer leur passion », expliquait Jean-François Roussel, directeur de l’école Le Sommet.
La concentration arts plastiques consiste en quatre périodes cycle régulier par semaine, auxquelles s’ajoutent treize journées entièrement consacrées à l’art. « On a expérimenté différentes techniques, comme le coulage, l’impression, les aérosols… On est aussi allé au Musée des beaux-arts, on a visité des galeries dans le Vieux-Québec…  Ç’a été une belle première année, les élèves ont été très impliqués. C’est très agréable de les voir se découvrir et s’épanouir. Ça augure bien pour la suite», détaillait Mme Kelly. Un optimisme partagé par son directeur : « Je ne suis pas inquiet pour la pérennité : on a une professeure passionnée qui est un pilier. Elle a effectué un travail depuis plusieurs années avec les écoles primaires du secteur pour former des groupes d’intérêts ».

Un travail de longue haleine
Les élèves du secondaire n’étaient pas les seuls à proposer des œuvres lors de cette exposition : un large espace avait été réservé à ceux du primaire, que Mme Kelly fait venir régulièrement en classe et avec lesquels elle travaille. « Nous avons des partenariats avec des écoles comme le Harfang-des-Neiges, Montagnac ou Lac-Saint-Charles, pour former des groupes d’intérêts », expliquait Mme Kelly. « Pour pouvoir ouvrir une concentration, ça prend un certain volume. Avant, la réponse était mitigée. Mais on a une professeure passionnée, elle a semé les graines en invitant les écoles primaires », soulignait M. Roussel. Un travail qui, l’espère l’équipe enseignante, portera fruit pour plusieurs années.

Partagez

À propos de l’auteur