Une partie de la rue Balbuzard aménagée pour des jeux

0

Le vendredi 16 juin dernier, la Municipalité des cantons-unis de Stoneham-et-Tewkesbury inaugurait son projet pilote « Dans ma rue on joue! » et devenait ainsi la seconde du Québec à se lancer dans l’initiative, après celle de Belœil. Une partie de la rue Balbuzard a été aménagée pour permettre aux jeunes de reprendre possession de la rue et de faire un nouveau pas sur le chemin des saines habitudes de vie que la Ville souhaite faire emprunter à ses concitoyens.

La rue comme terrain de jeux
C’est en compagnie de différents acteurs de la municipalité et du comité d’organisation du projet que le maire Miller a inauguré les installations de la rue Balbuzard. Inspirée par la Ville de Beloeil, cette initiative vise à permettre aux jeunes de jouer dans la rue de façon sécuritaire. « On veut leur donner un nouvel endroit pour se réunir et bouger. […] Ça s’inscrit dans notre politique d’adopter de saines habitudes de vie», déclarait le maire.

L’installation de panneaux de signalisation et de mesures d’atténuation de vitesse a été effectuée et un règlement a été établi. Ainsi, dès à présent et jusqu’à la mi-octobre, les jeunes et moins jeunes pourront installer leurs cages de hockey et autres panneaux de basketball au milieu de l’asphalte, entre les numéros 18 et 32. Impliqué dans le projet, l’organisme Cantons’Active saluait, par la voix de sa porte-parole Mme Hélène Gaucher, « cette initiative qui fournit un environnement favorable de plus aux enfants pour bouger».

Tout un travail préparatoire
Les 175 mètres de route n’ont pas été choisis au hasard, comme l’expliquait Andréa Gutierrez, employée de la Ville et membre très actif du comité de réalisation. « Nous avons fait une analyse de la circulation et nous avons une grille de critères précis. » Ainsi, le type de route, le nombre de familles, la topographie ou le côté sécuritaire ont été pris en compte.

« Il a également fallu adapter le règlement municipal pour que les jeunes aient le droit de jouer dans la rue», précisait le maire, qui tenait à remercier la Ville de Belœil pour son précieux soutien. Les équipes municipales ont aussi pu s’appuyer sur les relais locaux, comme le comité Ma Rue, Mon Quartier, MA SÉCURITÉ, représenté par M. Pierre Morin.

Essaimer vers d’autres rues
Si le mot « pilote » a été accolé au projet, c’est parce que la Municipalité souhaite voir s’étendre l’initiative à d’autres rues. Les résidents ont déjà été consultés pour donner leur avis face à la réalisation du projet. Ils devront également se prononcer à la fin, en vue d’amélioration. « Ensuite les gens pourront déposer leur dossier et le comité évaluera selon les critères, à l’automne, pour étendre à d’autres rues l’été prochain », expliquait le maire, qui espère voir se multiplier les candidatures.

Partagez

À propos de l’auteur