Une course complètement folle

0

Il était audacieux le projet de bâtir un circuit de vélo de montagne récréotouristique à Québec et Lac-Beauport. Pourtant, les organisateurs sont emballés de la première édition de l’événement, et promettent que les prochaines années seront encore meilleures. Incursion au sein du Québec Singletrack Expérience.

Pour bien comprendre ce dont il s’agit, il faut s’imaginer ceci : le Tour de France débarque à Québec pour cinq étapes, qui se dérouleront un peu partout dans la région. Toutefois, le vélo de route est remplacé par le vélo de montagne, et les coureurs professionnels sont remplacés par des amateurs qui ont les moyens de voyager et de s’offrir une telle aventure. Parce que la clientèle vient de partout en Amérique et dans le monde !

C’est donc dire que pendant quelques jours à Québec, ces amateurs qui n’en sont pas vraiment, peut-on le déduire, prennent part à des épreuves spectaculaires de vélo de montagne.

« L’important, c’est ça, mais aussi de socialiser le soir autour d’une bière ou d’un feu ! », explique le directeur général du Pentathlon des Neiges François Calletta, précisant ainsi l’atmosphère de camaraderie qui peut régner au cours de l’événement.

Lui et son organisation bien connue sont ceux derrière ce projet un peu fou.

« On ne se compare pas à l’autre événement semblable dans l’ouest canadien, qui attire 600 coureurs. Leurs places sont vendues en 24 heures ! Mais déjà, plusieurs qui ont participé au circuit chez nous cette année sont inscrits l’an prochain », explique monsieur Calletta, énonçant du coup que la limite pour 2018 sera de 250 participants.

En 2017, ils étaient déjà une centaine.

Deux étapes à Lac-Beauport

L’un des buts du Québec Singletrack Expérience est de faire profiter les coureurs d’un panorama exceptionnel. Québec l’offre, et Lac-Beauport davantage, avec sa nature infinie.

« Ça a été tout un travail parce que l’événement en était à une première édition. Il a fallu bâtir des partenariats, et surtout négocier des droits de passage », explique pour sa part Philippe Carrier, organisateur de la tranche Lac-Beauport.

« La plupart des propriétaires de lots que nous avons approchés ont accepté, alors que d’autres ont refusé de voir des vélos sur leur propriété. Le parcours a donc changé une dizaine de fois ! Au moins, le démarchage est fait, et il y a beaucoup de choses dont on va pouvoir se servir l’an prochain », ajoute-t-il.

S’il y a une chose dont Philippe Carrier est fier, c’est sans aucun doute l’unicité du parcours qu’il a pu proposer aux participants. « Personne n’a jamais roulé sur ce circuit-là, on l’a bâti de A à Z. On a convaincu 68 propriétaires de nous laisser rouler chez eux. On a construit de nouveaux sentiers pour contourner ceux qui ne voulaient pas », raconte-t-il, prenant bien soin d’ajouter avoir entendu de la bouche de plusieurs coureurs que son étape avait été «la plus appréciée ».

Partagez

À propos de l’auteur