Un camp et des sélections de rêve

0

Les athlètes du Club de canoë-kayak Lac-Beauport ont encore une fois très bien fait en ce début de saison 2018. Trois d’entre eux sont déjà qualifiés en vue des Coupes du monde senior, dont le prolifique Pierre-Luc Poulin. Lui et Ryan Cochrane seront à surveiller au cours des prochains mois puisqu’ils sont certains des meilleurs éléments du pays en vue des Jeux olympiques de 2020, à Tokyo.

« Les essais nationaux se sont très bien déroulés. Comme groupe, nous sommes très fiers de constater la sélection de trois de nos quatre athlètes qui tentaient leur chance », affirme d’entrée de jeu Luc Grenier, entraîneur-chef du Club, faisant également référence à la jeune Anna Roy-Cyr. « Pierre-Luc a particulièrement bien fait. Il a gagné les sélections à l’épreuve de 1 000 mètres, et terminé deuxième aux 500 mètres. Ce sont d’excellents résultats », ajoute l’entraîneur.
Pour ce qui est d’Anna Roy-Cyr, on comprend que plusieurs la voyaient dans leur rétroviseur il y a quelques mois à peine. Depuis, elle a réalisé un dépassement extrême et se retrouve maintenant devant plusieurs de ses compétiteurs, pour emprunter une analogie propre au sport automobile. « Anna est plus jeune que les deux autres, mais sa sélection n’est pas une grande surprise. Elle connait une excellente année, elle progresse énormément. Tout l’hiver, nous l’avons vue avancer, notamment lors du camp en Floride », continue monsieur Grenier.

Un camp prisé et apprécié
Ce camp en Floride précédait les sélections nationales. La durée variait, selon le niveau des athlètes, de deux semaines à deux mois et demi. Cet exercice s’avère crucial chaque année en vue du circuit régulier. Disons simplement, pour bien se comprendre, que les glaces sont toujours présentes sur le lac Beauport au moment d’écrire ces lignes, à la fin avril !
« Chez les plus vieux, ce fut l’un des camps les plus fructueux des dernières années. De plus, on ne note que très peu de blessures, alors que par le passé, on était toujours limité par les bobos. Nous avons pu accomplir tous les éléments de notre programme », explique Luc Grenier, pointant la bonne préparation lors de la saison froide pour expliquer ce camp sans éclopé.
Pour démontrer l’importance de ces quelques semaines passées au chaud soleil de la Floride, il faut savoir qu’une journée typique se résume en deux ou trois sorties sur l’eau, séances entrecoupées par de la musculation et des activités de rapprochement en groupe.
« Il y a eu quelques épisodes de fatigue, mais les jeunes ont beaucoup appris. Ils sont devenus encore plus autonomes. Il ne faut pas oublier que ce sont encore des adolescents, pour la plupart. Et les activités de rapprochement sont toujours les bienvenues, elles donnent le ton à la saison. Reste à espérer que tous ces efforts découlent sur le début des activités officielles, en mai », explique l’entraîneur-chef du club, impatient de voir les glaces quitter son terrain de jeu favori… pour quelques mois à peine !

Partagez

À propos de l’auteur