Soirée blues et poésie offensive avec Samuèle

0

Le 26 mai, dernier Cantons Culture produisait son dernier spectacle de sa saison 2017-2018. Et c’est l’auteure-compositeure-interpète Samuèle qui tenait l’affiche en ce début de printemps. Une inhabituelle petite affluence a accueilli l’artiste, qui a proposé une musique léchée, relevée de textes poétiques et militants. Un nouveau concert dans un style musical encore différent pour l’organisme qui conclut ainsi une saison riche.

Cantons Culture continue de faire découvrir tout un panel d’artistes et de styles musicaux différents aux habitants des Cantons-unis et des environs. La vingtaine de personnes présentes à la Grange du presbytère ce samedi 26 mai a pu découvrir Samuèle, artiste au style fort et marqué. « On vous remercie nous aussi d’être venus. Pour avoir de nouveaux artistes, ça prend des gens prêts à prendre des risques pour aller à la découverte. Sans public qui prend des risques, pas de nouveaux artistes », déclarait la chanteuse en fin de spectacle.
Étoile montante de la scène québécoise, la musicienne a remporté la finale du Grand Prix de la Chanson de Granby en 2016. En ce samedi de mai, elle a proposé de larges extraits de son dernier album « Les filles sages vont au paradis, les autres vont où elles veulent », construit sur des textes poétiques, emprunts de mélancolie, teintés de ses expériences personnelles et souvent militants, parfois déclamés a capella pour y ajouter de la force.

Solide côté musique
La soirée était placée sous le signe des dernières, puisqu’en plus, c’était également le dernier spectacle de la tournée de Samuèle. « Quelque chose se ferme ce soir », souriait d’emblée la chanteuse.
Accompagnée par un très bon contrebassiste (Alexandre Pépin), Samuèle a offert une musique bien réglée, composée notamment de blues francophone bien gras, mâtiné de folk et soutenu par des lignes de contrebasse efficaces, qui font balancer la tête et taper du pied.

De l’art de la revendication
Mais, Samuèle est définitivement une artiste engagée. Ainsi, elle entrecoupait ses chansons de longs monologues sur la liberté sexuelle ou l’ouverture d’esprit face aux différences. Des messages qu’elle a fait passer par un humour parfois grinçant.
Un style en décalage qui n’a pourtant pas laissé le public indifférent. « J’ai vraiment adoré, tout ce qu’elle disait, ça fait changer les mentalités. Et la musique est excellente, la guitare, la contrebasse, c’était vraiment bon! Je ne connaissais pas. J’ai vraiment adoré, c’est une très belle découverte! », nous déclarait Myriam, résidente de Stoneham à la sortie du concert.

Bilan de saison
Le spectacle a clôturé une saison riche en artistes talentueux et en belles découvertes pour le public. Le bel achalandage régulier des concerts montre la solide réputation de la Grange du Presbytère. Les organisateurs se disaient heureux de cette « saison qui a tenu ses promesses ». Ils dévoileront à la fin de l’été la programmation 2018-2019, mais ont déjà révélé la venue de David Goudreault et un hommage à Léonard Cohen proposé par la comédienne Dominique Quesnel. À suivre donc pour savoir ce que nous réservera la prochaine saison de concerts.

Partagez

À propos de l’auteur