Regard unique vers le passé

0

Collection de cartes postales

Charles Breton-Demeule est un Delageois avec un passe-temps bien spécial. L’étudiant en droit à l’Université Laval collectionne depuis une dizaine d’années les cartes postales de la région. Vestige singulier de l’histoire du nord de Québec, la collection de Charles comprend plus de 3000 éléments, dont une centaine provenant de la région, tous datées entre 1900 et 1980.

Malgré son imposante collection, ce n’est pas ce qui le séduit en premier lieu. « Ce n’est pas tant l’aspect collection, mais plutôt l’histoire qui m’attire », explique le jeune homme. « C’est une façon de m’approprier la culture québécoise […], pour moi c’est une façon de mieux comprendre l’identité québécoise », ajoute-t-il. Parmi ses milliers de cartes, ce sont celles de Lac-Delage qui lui sont les plus chères. En effet, ces dernières sont assez rares puisqu’elles sont peu nombreuses, mais c’est aussi parce qu’il est originaire de la municipalité.

Un amour qui commence tôt
Passionné d’histoire, Charles s’est toujours intéressé au patrimoine historique de son petit coin de pays. Originaire et résident de Lac-Delage, le jeune homme de 21 ans a commencé ce passe-temps avec les membres de sa famille. « Ma grand-mère et mes tantes ont commencé à me donner des cartes postales », se souvient Charles. Il a commencé à les recueillir pour en apprendre davantage sur sa région. « Je cherchais des images anciennes pour pouvoir comprendre l’histoire », précise-t-il. Avec le temps, Charles est même devenu un spécialiste de « l’arrière-pays de Québec ». La particularité des cartes de cette région, c’est qu’elles ont été principalement réalisées par des photographes de l’extérieur. « On n’avait pas de photographes dans les villages », précise le jeune homme. Ainsi, ce sont les lieux de villégiatures comme le Manoir du Lac Delage et le Manoir Saint-Castin qui émettaient la plupart des cartes postales pour les touristes. Les cartes postales sont le dernier témoin de cette époque-là », souligne Charles. « On bénéficie d’un patrimoine historique unique dans la région surtout en ce qui a trait au ski alpin », ajoute le jeune homme sur l’importance du sport, entre autres, pour Lac-Beauport.

Une chasse continue
Pour dénicher ses petits trésors, Charles visite les marchés aux puces et les brocantes. « Je vais aussi sur des sites spécialisés dans la vente de cartes postales », précise-t-il. Tous les moyens sont bons pour se procurer de nouveaux bijoux, que ce soit le troc avec des collectionneurs, l’achat à l’unité ou bien en lot. « Des fois, je ramasse des cartes des États-Unis, ce qui ne m’intéresse pas, mais je les échange avec d’autres amateurs. Ils m’en envoient à leur tour du Québec », explique Charles.

Partagez

À propos de l’auteur

Mélissa a complété un baccalauréat et une maîtrise en communication publique avec une spécialité en journalisme à l’Université Laval. Dynamique et souriante elle s’intéresse à tout. Elle aime voyager et elle se passionne pour la cuisine.