Quand une femme d’affaires se transforme en artiste

0

La Lac-Beauportoise Caroline Bergeron est bien connue du milieu des affaires de la région comme copropriétaire du restaurant Spag & Tini, le Resto!, dans le Quartier Petit Champlain à Québec. Mais au détour de ses nombreuses activités, elle a rencontré la peinture et ce fut une révélation personnelle. Après seulement quelques mois prolifiques, elle a décidé de se donner les moyens de réussir cette nouvelle carrière qui semble se tracer devant elle en devenant ARO.

« Je n’avais pas d’affinité particulière avec l’art ou la peinture », avoue Caroline Bergeron. En effet, fille de restaurateur, elle a toujours baigné dans ce milieu et a manié plus de fourchettes que de pinceaux. Après des études en marketing et une première carrière en grande entreprise, Mme Bergeron et son conjoint rachètent le fameux restaurant, avec le succès qu’on lui connait. « Je suis chef d’entreprise depuis toujours […] Avec 80 employés, je suis une femme bien occupée disons! », sourit-elle. D’autant qu’elle a décidé depuis 2016 de suivre le programme Élite de l’École d’Entrepreneurship de Beauce. Mais l’effet a été surprenant, même pour elle.

Une double révélation
C’est en effet lors de l’une des activités du programme, en février 2017, qu’elle a pu participer à un atelier Toile Blanche de l’artiste-peintre Suzanne Longval. « Ç’a a été une vraie révélation! », commente la nouvelle artiste. « Le lâcher prise, la liberté… le plaisir de peindre. » D’autant que le résultat semblait révéler un talent jusqu’alors caché. C’est devant les encouragements de Mme Longval et de ses proches que Caroline a décidé de se lancer sérieusement dans l’aventure et de devenir ARO. Depuis, elle a produit pas moins de 70 tableaux, explorant notamment les techniques d’acrylique coulée ou posée à la spatule. « Ce sont surtout les couleurs qui m’inspirent, les mélanges, la façon de les agencer  », explique ARO.

Devenir artiste professionnelle
Mais au-delà de la révélation personnelle d’une nouvelle voie à suivre, c’est une nouvelle carrière avec de nouveaux défis et objectifs qui semble s’ouvrir devant elle. « J’ai décidé d’en faire une activité professionnelle », commente Mme Bergeron. Son expérience en marketing et son goût du branding l’ont donc poussée à se donner les moyens de réussir : photos, site Web professionnel et surtout un nouveau nom d’artiste ARO, acronyme d’Authentique, Romantique, Originale. « C’est en cohérence avec ce que je suis, ce que je fais  », commente-t-elle. Et surtout ça fonctionne, puisqu’elle expose à la galerie Québec Art, dans le Quartier Petit Champlain depuis septembre et qu’elle a déjà vendu cinq toiles. Croyant énormément à ce nouveau destin professionnel, elle propose des œuvres à des concours, en France notamment, et espère pouvoir séduire encore plus de galeries et d’amateurs d’art contemporain. Les clients de son restaurant pourront aussi bientôt admirer ses toiles sur place et être les témoins de la transformation d’une femme d’affaires en artiste.

Partagez

À propos de l’auteur