Pour des repas plus agréables

0

L’heure des repas permet de réunir toute la famille, discuter avec les enfants et passer un moment privilégié avec eux. Pourtant, il n’est pas rare de voir naître des tensions entre parents et enfants lorsque ce dernier ne mange pas le type ou la quantité d’aliments souhaités. Rassurez-vous, vous n’êtes pas les seuls parents à vivre cette situation! Saviez-vous que l’enfant peut être exposé plus de 10 fois au même aliment avant qu’il y goûte et apprécie ? Mettez ainsi toutes les chances de votre côté en adoptant quelques-unes de ces attitudes positives lors de ces moments si précieux!

1) Mettre tous les aliments sur le même pied d’égalité
Qui n’a jamais entendu la fameuse phrase: « Finis ton assiette pour avoir droit au dessert » ? Malheureusement, ce genre de discours met le dessert sur un piédestal, en plus de conditionner l’enfant à percevoir le repas comme un passage obligé et le dessert, comme une récompense. Pour mettre tous les aliments sur le même pied d’égalité, restez le plus neutre possible face aux aliments. Si votre enfant a envie d’un dessert, questionnez-le à savoir s’il a vraiment faim et contrôlez la qualité de ce que vous lui offrez (fruits, yogourt, muffin maison), afin qu’il complète adéquatement le plat principal.

2) Respecter les quantités mangées par l’enfant
Lorsque votre enfant traverse différentes périodes de croissance, il est normal que son appétit fluctue. Au début de la vie, les signaux de faim et de satiété sont très aiguisés. Il est donc important de respecter l’appétit de votre enfant afin de favoriser la préservation de ces précieux signaux! Par conséquent, il est recommandé de ne pas forcer l’enfant à manger, mais plutôt de lui offrir des collations nutritives au besoin, d’enrichir les plats si les courbes de croissance ne sont pas adéquates, de comprendre le comportement à table et de se faire outiller par les bons professionnels si le simple fait de manger devient une corvée quotidienne.

3) Impliquez vos petits dans la préparation des repas
Quelle belle façon de découvrir de nouveaux aliments, célébrer le plaisir de manger et rapprocher les membres de la famille ! De plus, le fait de cuisiner son repas donne à l’enfant un sentiment de fierté, contrant la néophobie, soit la peur de goûter à de nouveaux aliments. Revenir à la base a toujours été gagnant ; cuisinez, montrez l’exemple et redoublez de persévérance !

Partagez

À propos de l’auteur