Pharmacien propriétaire à 22 ans !

0

Portrait de Normand Laroche

Le pharmacien Normand Laroche est rapidement devenu passionné de son métier, à tel point qu’il a fait l’acquisition d’une pharmacie à 22 ans avant même d’avoir obtenu sa licence ! Il nous présente son parcours et nous raconte quelques anecdotes et moments marquants vécus au cours de sa carrière.

Lorsqu’il avait 16 ans, Normand Laroche voulait devenir archéologue. Quand son père lui a demandé s’il pensait pouvoir bien gagner sa vie avec cette profession et qu’il lui a présenté un pharmacien de l’entourage comme étant un homme qui réussit bien sa vie, il n’en fallait pas plus pour que le jeune étudiant change d’idée. « Après, cela a été un idéal, une passion de devenir pharmacien », précise-t-il. M. Laroche a complété ses études à la Faculté de pharmacie de l’Université Laval en 1976. C’est en 1974 qu’il a commencé ses stages à la pharmacie de Lac-Beauport, avant de l’acquérir après que le propriétaire ait déclaré faillite.

Même si les fondations demeurent semblables, le quotidien des pharmaciens a donc énormément évolué depuis que M. Laroche a débuté son métier. « Moi je faisais tout à l’époque. Je prenais la prescription, je la rentrais, je sortais l’étiquette », précise-t-il. Aujourd’hui, « le pharmacien est en fin de ligne, c’est lui qui va remettre ça au patient en lui prodiguant les conseils. »

Des clients mémorables
Plus jeune, Normand Laroche se rappelle avoir prodigué des conseils à quelques reprises à l’honorable Jean Lesage, qui avait sa résidence d’été à Lac-Beauport. « J’étais un peu gêné et fier à la fois d’avoir un contact aussi étroit avec un personnage de cette envergure », confie le propriétaire. Dans les années 1980, il a également conseillé et soigné de nombreux acteurs de théâtre pendant des représentations estivales au Manoir St-Castin. « Combien de fois je leur ai procuré les petits suppositoires “miracle” Neo-Laryngobis et du Demo-Cineol en injection…Cela aussi me rendait heureux de savoir que je participais à leur bien-être », ajoute-t-il.  Pendant une période, M. Laroche faisait également passer beaucoup de tests de grossesse à sa pharmacie. « C’est le fun aussi d’avoir toujours été dans le même milieu. J’ai vu évoluer la population de Lac-Beauport, grandir les enfants et eux-mêmes avoir des enfants, donc c’est plaisant à constater. »

Normand Laroche, pharmacien propriétaire affilié à Brunet. Photo : Amélie Légaré

Normand Laroche, pharmacien propriétaire affilié à Brunet. Photo : Amélie Légaré

Un supérieur apprécié
Le pharmacien propriétaire a arrêté de servir les clients au laboratoire en 1999, mais il occupe encore un rôle de superviseur et vient souvent faire un tour à la pharmacie. « On ne peut pas dire que c’est un patron difficile. Il nous respecte aussi dans nos choix, il ne vient pas intervenir. On a la latitude d’exercer notre jugement professionnel. Il ne met pas de pression. […] On peut prendre des initiatives, on soumet des projets et il est toujours partant  », précise la pharmacienne-chef Lina Guilbault. « Professionnellement, il met toute sa confiance en nous et je pense qu’on lui rend bien aussi », ajoute sa collègue pharmacienne Stéphanie Pépin.

Partagez

À propos de l’auteur

Amélie est titulaire d'un baccalauréat en communication publique décerné par l'Université Laval. Elle a complété ses études avec le profil international en étudiant une session à Sydney, en Australie. Par la suite, la réalisation de huit contrats enrichissants dans des organisations publiques et privées lui ont permis de découvrir une passion oubliée pour la rédaction. En 2014, elle décidait de se lancer à son compte pour réaliser son rêve, soit celui d'écrire pour gagner sa vie. Elle est heureuse de collaborer aux Éditions Platine depuis un peu plus d'un an, ce qui lui permet de faire rayonner des gens passionnés et des projets de tous les horizons!