Perdre du poids en mangeant du gras

0

Perdre du poids en mangeant du gras, un livre omniprésent sur les présentoirs depuis la fin janvier. Si l’on pouvait lui donner vie, oh que les oreilles lui sileraient comme on dit en latin! C’est qu’il fait jaser cet ouvrage coécrit par Josey Arsenault, animatrice et résidente de Stoneham! Parions que si vous la suivez à l’épicerie, vous trouverez dans son panier de la crème 35%, du beurre, des fromages non allégés, des noix, de la viande bio et … du bacon, car oui, c’est permis de le dire: Vive le bacon! Bienvenue dans l’alimentation cétogène!

Carole Roy // croy@ccacpcable.com

Les nutritionnistes s’emparent des tribunes et crient haro sur le baudet! Il faut dire que ce que soutient le livre de Josey Arsenault et de Dre Èvelyne Borduas-Roy vient à l’encontre de ce que l’on nous enseigne depuis des lustres. Manger moins gras, privilégier les fruits et les légumes, les grains entiers, avoir un bon apport en protéines, n’est-ce pas aussi ce que recommande le Guide alimentaire canadien? Attention, nous ne verserons pas ici dans le scientifique, nous n’avons pas cette prétention. Laissons aux experts cette tâche d’en débattre. Notez qu’en Europe et aux États-Unis, de nombreux ouvrages ont été écrits sur le sujet.

Le céto en rapido
Lorsque l’on parle cétogène, on devrait utiliser le mot «alimentation» ou «mode de vie» et non diète ou régime, deux mots trop souvent restrictifs. L’alimentation cétogène, donc, favorisera les apports énergétiques dans cet ordre : lipides, protéines et glucides. Vous l’aurez compris, « out » les glucides inutiles; ainsi, adieu aliments transformés. On ira chercher les glucides dans les légumes verts et certains petits fruits. On sourcille devant « certains » ? Ne dit-on pas que les fruits sont les bonbons de la nature? On évitera les fameux « P »: pains, pâtes, patates. Avouons que ce n’est pas d’hier que l’on nous serine cette recommandation! Oui, mais le corps et le cerveau ont besoin de glucides pour fonctionner! Tut, tut, tut! Le corps humain a la capacité de fabriquer de l’énergie à partir de TOUS les macronutriments qu’il ingère. Alors si on le prive de sucre, où ira-t-il chercher son combustible? Dans notre réserve énergétique, plus communément appelée le G-R-A-S! Vous me suivez?

Revenons à Josey
L’élément déclencheur à l’origine du livre Perdre du poids en mangeant du gras, c’est une entrevue que donnait à la radio Dre Borduas-Roy sur les principes énumérés précédemment. « J’étais dans ma voiture, en surplus de poids. [… ] J’entends cette entrevue au moment précis où je me disais que je devais me reprendre en mains. En même temps, ce petit hamster qui tourne toujours me disait voyons accepte-toi ainsi, ne combats pas… Cette entrevue m’a tellement parlé, c’est incroyable! En arrivant chez moi, je me suis mise à faire de la recherche boulimique toute la soirée. Sans le dire à mes proches, dès le lendemain j’étais à l’épicerie pour changer toute mon alimentation…crème bacon, fromages », énumère Josey en rigolant. « Je ne l’ai dit à personne, car je me disais qu’on allait me traiter de folle. Dès la première semaine, j’ai perdu 5 livres! C’est à ce moment que j’ai commencé à le dire à mon conjoint et à mes proches. À mon conjoint qui fait du diabète, j’étais portée à lui dicter quoi manger… mange pas la peau du poulet, mange pas ci, mange pas ça….et tout à coup, je mangeais ce que je lui disais de ne surtout pas manger! C’était le monde à l’envers. C’est certain qu’il y a toute une reprogrammation à faire, mais je me suis dit : je plonge! Au bout d’un mois, après avoir perdu beaucoup de poids, !j’ai commencé à en parler au boulot, à la radio, et les auditeurs se sont mis à m’appeler et à m’écrire pour savoir de quoi il en retournait, car il n’y avait pas d’infos sur le sujet au Québec. C’est là que j’ai appelé Dre Borduas-Roy pour lui proposer d’écrire un livre ensemble. » Nous en sommes là, le lancement du livre a été fait en janvier, un sympathique et instructif blogue sur Facebook est né, de même qu’un très intéressant site Internet avec un nom qu’on ne peut oublier, Vive le bacon!

Josey Arsenault sait très bien que l’alimentation cétogène ne fait pas l’unanimité, mais de plus en plus de personnes s’y intéressent. À preuve, cette première conférence annoncée sur la page Facebook de Vive le bacon! a fait salle comble en mars. D’autres y seront prochainement annoncées, de même que sur le site Internet.

Il est vrai qu’il y a méconnaissance sur le sujet et que l’on craint ce que l’on ne connaît pas. Si certains sont frileux quant à cette nouvelle approche, plusieurs spécialistes de la santé incluant nutritionnistes et médecins recommandent cette alimentation à leurs patients, car elle serait bénéfique dans de nombreux cas : diabète de type 2, épilepsie, Alzheimer, Parkinson, cancer, maladie de Crohn, sclérose en plaques et sclérose latérale amyotrophique (SLA), autisme, inflammation et douleur chronique, et bien d’autres.
Cet essai, cette idée, ce projet devenu livre, Josey Arsenault l’a fait en toute humilité. Le bien-être et l’énergie qu’elle retire de ce nouveau mode de vie, elle voulait le partager avec le plus grand nombre de personnes. La notoriété de Dre Èvelyne Borduas-Roy, spécialisée en traitement du diabète de type 2, ajoute à la crédibilité de l’ouvrage.

Il est certain que si l’on adopte l’alimentation cétogène, perdre du poids n’aura jamais eu si bon goût! À preuve, cette recette que Josey vous propose. Vive le bacon!

Partagez

À propos de l’auteur