Mission d’études « Non à la haine » : de la Belgique jusqu’au Québec!

0

Roxanne Locas, directrice de la Maison des jeunes Le Cabanon de Lac-Beauport, a été sélectionnée parmi des centaines de candidats pour faire partie de la mission d’études « Non à la haine » en Belgique. Du 21 au 26 septembre dernier elle assistait à plusieurs formations et conférences portant sur la radicalisation, l’islamophobie, le sexisme, le cyberharcèlement, l’homophobie et bien plus encore. De retour au Québec, devenue ambassadrice du mouvement, elle se dit pleine de ressources et d’outils pour former les intervenants jeunesse d’ici. 

État de la situation
Les droits de l’homme sont régulièrement transgressés ou complètement ignorés, surtout sur le Web. De nos jours, le discours de haine en ligne est très répandu et entraîne souvent des conséquences graves, telles que les crimes contre la personne ou même le suicide. Les propos haineux de toutes formes ne sont pas de nouveaux enjeux. Par contre, le fait de les divulguer en ligne offre désormais la possibilité de s’y adonner dans l’anonymat, caché derrière un avatar. En 2017, ce phénomène ne connaît pas de répit et il est difficile à contrôler, à mesurer et à prévenir.

Pourquoi s’impliquer dans une telle mission?
Roxanne a toujours été attirée par les différentes cultures. « J’ai grandi à Montréal. Lorsque j’étais intervenante en loisirs là-bas je travaillais dans un centre où il y avait plus de 40 ethnies. Ça me passionnait de voir tant de diversité culturelle! Malheureusement, aujourd’hui, la fermeture d’esprit envers autrui et sa différence est très présente. Ça me bouleverse », affirme-t-elle.
Son passage en Belgique l’a marquée : « Là-bas, la formation est très intensive. Quelques heures à peine après être sortis de l’avion, les participants sont déjà en action, et les conférences et formations durent entre 6 et 8 h par jour, tous les jours ». Pour la jeune femme, son but dans cette mission était clair : y participer, revenir avec du matériel concret et la tête pleine d’idées afin de former les intervenants de la Maison des jeunes, proposer des ateliers aux adolescents qui côtoient l’établissement et organiser des activités tout au long de l’année afin de contrer la haine. « L’adolescence est une période tampon où tu forges ta personnalité et où tu apprends à connaître les autres dans leurs différences. Le Cabanon va assurément s’engager dans l’éducation des jeunes afin qu’ils puissent évoluer dans un environnement sain et ouvert d’esprit. Les jeunes sont notre avenir », ajoute Roxanne.

Objectifs de la campagne
Réduire les seuils de tolérance vis-à-vis le discours de haine ;
Promouvoir la formation et la participation des jeunes à la gouvernance démocratique de l’Internet ;
Transformer les observateurs passifs du discours de haine en défenseurs des droits de l’homme ;
Prévenir et combattre le discours de haine via l’éducation des droits de l’homme ;
Sensibiliser aux risques que comporte le discours pour la démocratie et le bien-être des jeunes ;
Concevoir et diffuser des outils et mécanismes de signalement du discours de haine ;
Mobiliser les partenaires afin de prévenir et combattre le discours de haine et l’intolérance sur le Web ou non.

Page Facebook de la Maison des jeunes Le Cabanon : www.facebook.com/mdjlecabanon

Site Web du mouvement « Non à la haine » :
www.mouvementnonalahaine.org

Partagez

À propos de l’auteur