«Minuit cinq»: l’amour d’une mère pour son fils autiste

0

Dans «Minuit cinq», Geneviève Ricard se livre à une touchante introspection. Du 1er au 30 avril, l’exposition raconte l’amour d’une mère envers son enfant à la condition particulière. Sa collection d’oeuvres, exposées à la Galerie ZEN au 1139, rue Saint-Jean, est créée dans la foulée du Mois de l’autisme.
Depuis décembre 2007, le 2 avril a été déclaré Journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme par l’Organisation des Nations Unies. L’artiste est touchée de près par cette réalité, puisque le cadet de ses quatre enfants est atteint du Trouble du spectre de l’autisme (TSA).
Geneviève Ricard exprime sur ses toiles aux médiums mixtes la naissance de son garçon et son évolution jusqu’à ce jour. Le vernissage de l’exposition aura lieu le samedi 7 avril, de 16h à 20h, en présence de l’artiste et de la propriétaire de la Galerie ZEN, Esther Garneau.

La démarche de Geneviève Ricard
Selon Geneviève Ricard, l’inspiration se trouve partout, que ce soit dans les couleurs, les odeurs, la musique ou la chaleur d’une étreinte. Dans la joie, la peine, la douleur, mais aussi dans les images qu’attrape son regard. L’artiste puise également sa force créatrice dans les mots, dévoilant un éventail de sensations. «S’il est vrai qu’une image vaut 1 000 mots, un mot évoque 1 000 images», exprime-t-elle.
L’artiste s’inspire des images captées par sa caméra, afin de les modifier et de les rendre authentiques à sa vision. «Ce que je préfère, dans ma démarche, c’est l’instant passé à enfin décomposer et recomposer l’impression. Le collage issu de mon imagerie peu probable finit par devenir une réalité en me permettant de la toucher.»

À ses collages de papier, Geneviève Ricard aime ajouter une touche tridimensionnelle, avec des matériaux — souvent recyclés — comme des morceaux de verre, des clous et des bouts de tissu. «Presque tout se colle!», lance-t-elle.

Partagez

À propos de l’auteur