Marc-André Bédard voit grand pour Northman Race

0

Directeur de courses des évènements JustRun, l’olympien Marc-André Bédard voit grand pour le circuit Northman Race, son bébé.

Northman Race compte trois épreuves. Celles du Mont-Sainte-Anne, de Saint-Donat et de Val-Morin. En plus de courir en forêt, les athlètes doivent composer avec diverses épreuves, comme le lancer de la hache, le sciage de billots et même faire de la drave.
« J’ai passé neuf mois à concevoir le circuit Northman Race, a fièrement indiqué l’olympien en biathlon. La partie que j’aime le plus est la création de parcours. Pour un endroit que je ne connais pas, je peux y passer environ 150 heures. J’aime me casser la tête et trouver des paysages photogéniques. Je tente de couvrir chaque pied carré de terrain. Je recherche aussi des obstacles comme les chutes et les grosses roches. Je dois ensuite placer les modules, qui peuvent atteindre 40 pieds par 40 pieds. Ça complique donc les choses. Le concept de Northman Race est donc très complexe. » Toujours actif, l’homme de 32 ans n’a rien perdu de sa condition physique. « J’espère participer à une ou deux courses cette année, mais je ne sais pas si j’aurai le temps. »

Médailles
Un des nombreux chapeaux que porte le champion du monde Spartan Race, il y a deux ans, est celui de fabricant de médailles en bois. Bédard s’occupe des diverses étapes de la production chez lui, dans son atelier de Stoneham. « Un ingénieur forestier choisit d’abord le bois afin de ne pas nuire à la forêt. Le bûcheron coupe les billots et les amène chez un marchand de bois de chauffage. Je choisis les billots et une autre personne les coupe, les ponce et les fait sécher.
À mon atelier, je les fais sécher davantage, je les « brande » (marque au fer rouge du logo de Northman Race), je les perce, j’appose l’huile et je les fais sécher à nouveau. Après ces étapes, il reste à poser le ruban. Aujourd’hui, seulement pour « brander », percer et huiler, j’en fais entre 150 et 200 par heure. Pour les trois courses (Mont-Sainte-Anne, Saint-Donat et Val-Morin), je prévois en faire environ 4000. »

Ses projets
Même si la présente saison prend à peine son envol, l’homme à tout faire a déjà des idées plein la tête. Il ambitionne d’ailleurs de faire découvrir le circuit Northman Race au-delà de la frontière québécoise. « Avec un ami, nous aimerions développer une série de courses en sentier, avec de nouvelles distances. Nous voudrions tenter des choses qui n’ont jamais été faites en Amérique du Nord. Nous sommes à la phase d’évaluation afin que ce soit faisable et rentable. » En attendant, Bédard sera aussi en charge de la Chococourse, qui aura lieu le 1er septembre, à Stoneham, et de la Prison Break, qui se déroulera le 4 août, à Saint-Sylvestre.

Partagez

À propos de l’auteur