Mai: mois dédié à la santé des intestins chez NutriSimple

0

Le tube digestif ainsi que ses habitants font couler beaucoup d’encre dans la communauté scientifique depuis 2016. Organe à part entière, hôte de quelque 100 000 milliards de micro-organismes dont des bactéries, soit 2 à 10 fois plus que le nombre de cellules du corps humain (un poids qui représente environ 2 kg), l’intestin est le siège de nombreuses réactions chimiques qui peuvent avoir un impact partout dans notre corps.

LE SAVIEZ-VOUS ?

95 % des bactéries qui nous colonisent se retrouvent dans le système gastro-intestinal;

L’alimentation joue un rôle clé dans la variété de bactéries qui se trouvent dans le tube digestif;

Le type d’accouchement, l’allaitement, la génétique, la vieillesse, l’activité physique, le tabagisme, le niveau d’hygiène et l’environnement auraient également une part dans l’influence de la composition du microbiote (ensemble des bactéries qui composent le tube digestif);

Environ 70 à 85 % de nos cellules immunitaires se retrouvent dans l’intestin;

L’intestin contient 200 millions de neurones qui communiquent entre eux et avec ceux présents dans le cerveau, d’où le titre de 2e cerveau.

On cherche évidemment à obtenir une composition optimale de bactéries intestinales afin d’assurer un bon fonctionnement de notre système immunitaire et d’améliorer notre digestion. Selon les toutes dernières études, un déséquilibre du microbiote (un changement au niveau du type et du nombre de bactéries) pourrait être impliqué dans l’apparition de nombreuses pathologies telles que l’obésité, les maladies inflammatoires de l’intestin, le cancer, le diabète, l’hypertention, le syndrome de l’intestin irritable, les allergies, etc.

Ces perturbations peuvent entre autres s’expliquer par la prise d’antibiotiques sans y joindre un probiotique efficace, un stress considérable, une infection bactérienne, une mauvaise alimentation et plusieurs autres facteurs.

On doit donc mettre toutes les chances de notre côté et, dans un premier temps, prévenir les perturbations tout en assurant la viabilité de nos bonnes bactéries. Pour nourrir cette armée de micro-organismes, il faut des substances appelées prébiotiques en provenance de notre alimentation. Les principales sources de prébiotiques sont les suivantes : artichaut, asperge, ail, poireau, oignon, tomate, banane, orge, seigle, racine de chicorée et le kéfir. On soupçonne également les polyphénols (ex. : petits fruits, thé vert) de jouer le même rôle.

Recette NutriSimple :
http://www.nutrisimple.com/fr/recettes/frittata-asperges-et-patate-douce/

Partagez

À propos de l’auteur