Le projet verra le jour

0

La Municipalité de Lac-Beauport a tenu une rencontre d’information visant à détailler les coûts ainsi que la nature des travaux à réaliser dans le secteur du mont Cervin. Quelques heures plus tard, les résidents s’opposant à la réalisation du projet étaient invités à signer un registre. Ce dernier comptait 35 signatures sur 228 propriétaires. À la lumière de ce résultat, le projet ira de l’avant pour l’ensemble des résidents concernés. 

Louise Brunet, mairesse de Lac-Beauport, a affirmé par voie de communiqué que la rencontre d’information « a permis à chacun de mesurer les avantages et les inconvénients d’un tel projet pour sa famille et de prendre une décision éclairée ».

Le montant total des travaux de prolongement s’élève à 10 221 282 $. En incluant la subvention de 5,4 M $ du programme FEPTEU et la contribution de 600 000 $ de la Municipalité, le coût absorbé par chacune des propriétés est de 18 700 $. Un montant de 980 $ sera donc annuellement ajouté à la taxe de secteur de chaque propriétaire, et ce, pour une période de 25 ans.

Le conseiller Even Mc Hugh a présenté, au moment de la rencontre d’information à l’école Montagnac, l’évolution du dossier au cours des dernières années. Il a alors fait mention des trois propositions de prolongement des infrastructures initialement écartées en raison de leur coût élevé, ainsi que des démarches de la Municipalité pour obtenir la récente subvention.

Le contrat a officiellement été octroyé aux entreprises GNP Inc. le 1er mai 2017 et les travaux débuteront dès le 1er juin 2017.

Questions

Plusieurs interrogations sur les responsabilités de l’entrepreneur ont été posées lors de la rencontre d’information. Les « possibles risques reliés au dynamitage » et « la préservation des arbres en bordure des chemins touchés par les travaux » ont notamment capté l’attention de plusieurs. Les responsables du projet se sont montrés rassurants en affirmant que « l’entrepreneur devra respecter toutes ces exigences ».

Certains citoyens présents ont aussi partagé différentes préoccupations financières aux élus. Bien que 15% du coût total du projet soit réservé afin d’absorber les possibles dépassements de coûts, plusieurs citoyens s’inquiètent de voir s’emballer la facture totale des travaux.

Le directeur général de la Municipalité de Lac-Beauport, Richard Labrecque, a expliqué que la Municipalité était, dans les faits, autorisée à dépenser jusqu’à 12 M$ en vertu de son règlement d’emprunt. Bien que cette possibilité soit qualifiée de « peu probable » par les responsables du projet, elle ne peut cependant pas être totalement exclue.

Le mode de consultation sélectionné par Lac-Beauport, la signature d’un registre pour les opposants au projet, se fonde sur le même mode d’approbation que les règlements d’emprunt. Certains citoyens ont cependant exprimé leur mécontentement par rapport à ce type de consultation. Ceux-ci préconisaient plutôt une question référendaire.

Partagez

À propos de l’auteur

C’est avec grand plaisir que s’est joint Édouard à l’équipe de l’Écho du Lac, en 2016. Originaire de Lac-Beauport, ce journaliste est passionné par les questions d’enjeux publics. Il détient un baccalauréat en affaires publiques et relations internationales, une formation en droit, économie et politique. Édouard a également obtenu un certificat en journalisme décerné par le Département d’information et de communication de l’Université Laval. Il écrit aussi pour l’Adsum, le journal bimensuel de la communauté militaire de la région de l’est du Québec.