Le développement des entreprises comme passion

0

Le Lac-Beauportois Luc Guillot œuvre depuis 17 ans comme consultant en commercialisation. En plus de s’être donné comme mandat d’aider les entreprises à « développer leur efficacité et leur croissance », le fondateur de Groupe Tactique est aussi conférencier et pilote d’avion à ses heures. Voici une incursion dans l’univers d’un stratège d’affaires d’expérience. 

M. Guillot n’hésite pas à comparer le cheminement d’une entreprise au délicat pilotage d’un avion. « Il faut absolument respecter des procédures avant le décollage, effectuer des vérifications constantes des instruments, s’adapter aux conditions de vol et faire un bilan suite à l’atterrissage! », image-t-il.
Au terme de ses études en commercialisation, l’homme d’affaires a été engagé à titre de conseiller par l’Agence spatiale canadienne. S’en sont suivis plusieurs projets de commercialisation internationale et de transaction d’entreprises, jusqu’en 2006, lorsque M. Guillot a décidé de créer sa propre firme en développement et coaching d’affaires. Depuis ses débuts, cet expert a réalisé au-delà de 120 plans d’affaires pour une clientèle, tant en démarrage qu’en croissance. Selon M. Guillot, l’exercice qu’est la réalisation d’un plan d’affaires s’avère un incontournable pour toute entreprise souhaitant se munir d’une « vision stratégique claire », « obtenir du financement » ou « évaluer les coûts d’éventuels changements visant la diversification et la croissance des activités ».
M. Guillot affirme que les principaux défis qui s’adressent aux entreprises est le recrutement et le maintien de ressources humaines pourvoyant « des postes de cadres clés ». Il explique qu’il y a désormais une plus grande volatilité de ce type précis de professionnel. « Pour contrer ce problème, les employeurs se doivent de partager avec leurs employés une vision claire de leurs objectifs, mais aussi inculquer des valeurs fortes à l’entreprise pour qu’ils y adhèrent personnellement et désirent s’y accomplir à long terme », détaille-t-il. L’expert cible aussi « une attention continue aux saines relations de travail » pour répondre à cet enjeu.
M. Guillot ajoute que le développement stratégique d’une entreprise se doit d’inclure les « embûches externes ». Par exemple, lorsqu’un climat de protectionnisme économique plane sur les transactions entre deux partenaires d’affaires internationaux, il explique qu’une entreprise peut saisir cette opportunité pour conclure rapidement « des ententes à long terme », ou pour « développer de nouveaux marchés prometteurs ». Selon lui, le recours à des ressources spécialisées est essentiel afin de négocier des ententes solides, et pour « sauver beaucoup de temps et de coûts importants ».

Marchés évolutifs
Malgré ce qu’il considère comme « l’inévitable destin des commerces de détail de se doter de stratégies numériques », M. Guillot estime que le magasinage dans les centres commerciaux traditionnels fait encore partie de la culture des consommateurs. Il précise que les entreprises se devront de créer des expériences d’achats qui iront bien au-delà des étalages pour demeurer viables. « L’offre d’exclusivités et d’activités en magasin, l’implantation de stratégies créatives de valeur ajoutée, et surtout un service à la clientèle impeccable » font partie des priorités. « Même lorsqu’une entreprise ne vend pas de produits en ligne, le web demeure une excellente vitrine destinée au positionnement unique de services », conclut Luc Guillot.

Partagez

À propos de l’auteur

C’est avec grand plaisir que s’est joint Édouard à l’équipe de l’Écho du Lac, en 2016. Originaire de Lac-Beauport, ce journaliste est passionné par les questions d’enjeux publics. Il détient un baccalauréat en affaires publiques et relations internationales, une formation en droit, économie et politique. Édouard a également obtenu un certificat en journalisme décerné par le Département d’information et de communication de l’Université Laval. Il écrit aussi pour l’Adsum, le journal bimensuel de la communauté militaire de la région de l’est du Québec.