L’aménagement et l’entretien écologique du terrain

0

Jardiner en harmonie avec la nature, c’est d’abord contribuer à l’amélioration de notre environnement, et donc à notre qualité de vie et à notre santé. Mais cette façon de faire comporte aussi d’autres avantages. Saviez-vous par exemple qu’un aménagement écologique est plus beau et qu’il s’embellira d’année en année ? En effet, les végétaux vont y prospérer et non juste y survivre. Également, le temps et les coûts d’entretien sont réduits, ainsi que les efforts fournis au jardin. Tout devient plus facile quand on s’inspire de la nature !

Par Nathelie Souchet de
Candide Villeneuve Paysagiste inc. 

info@monpaysagiste.com

Comment faire?
Réaliser un aménagement écologique et l’entretenir ensuite repose sur trois grandes règles de base. La première est le concept de la « niche écologique » ou plus simplement de la « bonne plante au bon endroit ». Chaque plante a ses préférences en matière de milieu de croissance. On ne peut faire pousser avec succès une fougère dans une pente en plein soleil. Elle va s’affaiblir puis mourir. Les végétaux implantés dans le bon environnement sont en santé et vigoureux. Ils sont plus beaux et résistent mieux aux ravageurs et aux maladies, ce qui rend inutile l’emploi de pesticides. Il est vrai que ce concept demande quelques connaissances en matière de végétaux et des caractéristiques de terrain (ensoleillement, qualité du sol, microclimat, etc.). Dans cette optique, une équipe de paysagistes et d’horticulteurs professionnels vous aidera à faire les bons choix.

Deuxièmement, il faut éviter ou enlever les plantes constamment malades ou attaquées par des ravageurs. Certains végétaux sont « génétiquement faibles » et demandent régulièrement l’emploi de produits chimiques nocifs pour survivre. Remplaçons-les par des plantes faciles à vivre et qui de plus, seront plus belles ! Attention aussi aux dernières variétés à la mode dans les centres jardin. Bien qu’attirantes, certaines peuvent s’avérer fragiles ou de faible rusticité (résistance à l’hiver). Mieux vaut choisir des végétaux fiables.

Finalement, privilégions les « bonnes » méthodes culturales ! Cela revient à limiter le plus possible les interventions au jardin. Quand on part sur de bonnes bases, tout est simple ensuite. Voici quelques conseils…

Afin de conserver un sol fertile et de favoriser la vie microbienne qui s’y trouve, on limite le ménage à l’automne et on laisse les débris végétaux (tiges, feuilles) sur place dans les plates-bandes. Ceux-ci permettent à la neige de s’accumuler, ce qui protège les végétaux du froid. La décomposition de ces débris pendant l’hiver enrichit le sol, rendant l’achat de compost et d’engrais superflu. Ce conseil s’applique aussi à la pelouse. Laisser les rognures de gazon en place enrichit le sol et sert de fertilisant naturel. La pose de paillis dans les plates-bandes est essentielle car elle limite les mauvaises herbes et l’érosion du sol, en plus de conserver l’eau pour les racines des plantes. Si l’achat d’un pesticide s’avère nécessaire, le choix d’un produit sélectif à faible impact environnemental s’impose. Finalement, un écosystème sain favorise les insectes et animaux bénéfiques au jardin, pour le plus grand bien de vos végétaux !

Partagez

À propos de l’auteur