La période d’inscription débute

0

Poussée incontrôlable d’adrénaline sur la ligne de départ, embarcations effilées se mouvant à grande vitesse sur l’eau et victoires fracassantes d’équipe seront de retour cet été au Club de canoë-kayak de Lac-Beauport (CCKLB), entité célébrant cette année ses trente ans d’existence. Alors que la période d’inscription pour la période estivale vient tout juste de s’entamer, L’Écho du Lac s’est entretenu avec Luc Grenier, entraîneur-chef du CCKLB, concernant la saison à venir.

Annuellement, c’est entre 120 et 140 jeunes athlètes qui se joignent au CCKLB. « Dès l’âge de 9-10 ans, les jeunes peuvent venir apprendre comment manœuvrer des embarcations », explique Luc Grenier. « Ils passent un été de rêve sur le bord de l’eau et ont la chance de développer de belles amitiés », ajoute-t-il. Le Club comporte plusieurs catégories d’âge, allant d’U11 à U19, incluant un programme d’initiation. Lac-Beauport rivalise chaque année avec les clubs de Lac-Sergent et de Trois-Rivières. Une formule simple de deux entraînements par jour est proposée l’été pour les plus jeunes. Ces séances de pratique sont entrecoupées d’animation et de jeux sous forme de camp de vacances. Quelques compétitions ponctuent la saison estivale, dont le championnat provincial se déroulant habituellement au Bassin olympique, à Montréal.
En bas âge, les athlètes sont appelés à essayer tous les types d’embarcations. Luc Grenier explique que c’est « lorsqu’ils atteignent la catégorie U15 » qu’une spécialisation, en canoë ou en kayak, est faite selon « les aptitudes et l’intérêt » de chaque athlète. Une vingtaine de membres s’entraînent aussi dans le cadre d’un programme annuel.
Lors de la saison 2015, le Club a renouvelé une part importante de ses embarcations. À l’automne 2014, il évaluait ses besoins à 41 nouveaux canoës et kayaks. Un investissement de 100 000 $, incluant des montants pour l’équipement d’appoint et l’entretien de la flotte, a alors été accordé pour obtenir ces nouvelles dotations. « Nous avons maintenant des embarcations de toutes les grandeurs et de très bonne qualité », fait état M. Grenier. Celui-ci explique que ces nouvelles embarcations, plus stables, facilitent le maintien de l’équilibre de ceux s’initiant à la pratique du sport. Le parcours de corridors du CCKLB, composé de câblage sous l’eau reliant entre elles une série de bouées, a aussi été entièrement refait à neuf. Il s’agit d’un investissement de 24 000 $. « Notre bâtiment principal, le Club Nautique, est une propriété de la Municipalité de Lac-Beauport. Il est toujours très bien entretenu », précise l’entraîneur-chef Grenier.
Lac-Beauport, reconfirmé au cours des derniers mois comme Centre d’entraînement national en vue des Jeux olympiques de Tokyo, en 2020, a vu fleurir beaucoup d’espoirs olympiques, comme Maxime Boilard et Caroline Brunet, et ce, depuis des dizaines d’années. L’influence positive des athlètes de haut niveau a « un impact certain » sur le développement des recrues, selon l’entraîneur-chef Grenier. Celui-ci confirme d’ailleurs avec entrain le mentorat auprès des jeunes, cet été, de Mylanie Barré et Maxime Poulin, tous les deux forts d’une expérience de compétition sur la scène internationale.

Partagez

À propos de l’auteur

C’est avec grand plaisir que s’est joint Édouard à l’équipe de l’Écho du Lac, en 2016. Originaire de Lac-Beauport, ce journaliste est passionné par les questions d’enjeux publics. Il détient un baccalauréat en affaires publiques et relations internationales, une formation en droit, économie et politique. Édouard a également obtenu un certificat en journalisme décerné par le Département d’information et de communication de l’Université Laval. Il écrit aussi pour l’Adsum, le journal bimensuel de la communauté militaire de la région de l’est du Québec.