La ministre Weil fait œuvre de pédagogie pour l’immigration

0

Déjeuner de la députée Véronyque Tremblay

La ministre Weil fait œuvre de pédagogie pour l’immigration 

La députée Véronyque Tremblay organisait, le mercredi 21 mars dernier, son déjeuner de rencontre avec les citoyens de Chauveau. Kathleen Weil, la ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, était l’invitée d’honneur. Elle en a profité pour rappeler certaines vérités sur l’immigration et a répondu aux questions, montrant ainsi que l’attentat de Québec a eu l’effet d’un électrochoc sur les institutions.

Vanter les bons résultats du gouvernement  

Une vingtaine de personnes ont répondu à l’invitation de Mme Tremblay et se sont retrouvées au restaurant Mike’s, sur le boulevard de l’Ormière à Québec, afin de pouvoir échanger directement  avec la députée. Celle-ci a vanté les bons résultats du gouvernement libéral. « Carlos Leitao déposera pour la 3e fois consécutive un budget équilibré », rappelait fièrement la députée. Et d’ajouter que plus de 150 000 emplois ont été créés dans la province depuis 2014 : « Le taux de chômage au Québec est de 6.4 %, c’est le meilleur au pays et le plus bas depuis 45 ans! ».

Rétablir les vérités sur l’immigration 

C’est ensuite la ministre Kathleen Weil qui a pris le micro pour rappeler certaines vérités sur l’immigration et expliquer comment le Québec gère cet aspect. « 70 % de l’immigration est économique et concerne des travailleurs qualifiés. 20 % concerne le regroupement familial et les 10 % restant sont des réfugiés parrainés ou demandeurs d’asile », précisait d’emblée la ministre. Elle rappelait également que les besoins en main-d’œuvre sont listés par Emploi-Québec.  Elle expliquait ensuite, par le détail, les différents processus d’immigration, longs et exigeants. Mme Weil souhaitait visiblement couper court l’idée selon laquelle les immigrants arriveraient en masse pour prendre le travail des Québécois.

Combattre le racisme systémique 

La ministre Weil mettait le doigt sur le problème du racisme systémique de la société et des entreprises québécoises. Rappelant que bien qu’ils soient en moyenne plus qualifiés et diplômés, les travailleurs d’origine étrangère sont moins payés et souffrent trois fois plus du chômage. « C’est un appel à l’action pour l’intégration qui est lancé! », expliquait la ministre. « Le Québec est une société d’immigration, bâtie sur l’immigration et avec un futur d’immigration, puisqu’on en a besoin! », lançait Mme Weil.

Ainsi, la ministre expliquait la volonté du gouvernement Couillard de « mobiliser la société autour de l’intégration ». Ce sont pas moins de trois commissions de consultations qui sont lancées et doivent déboucher sur une nouvelle politique d’accompagnement de l’immigration, de l’intégration et de l’inclusion.

Des institutions à l’écoute de la société

Après cette présentation complète, la ministre a répondu à toutes les questions des citoyens présents. Ainsi, c’est sans tabou que chacun a pu s’exprimer et interpeller Mme Weil sur des sujets qui le préoccupent. Cet exercice de pédagogie et d’écoute démontre que l’attentat de la Grande Mosquée de Québec a marqué les institutions. Elles ont visiblement décidé de prendre le problème à bras le corps et par la racine : « C’est souvent le manque de connaissance de l’autre qui crée de l’inquiétude », résumait la ministre.

Partagez

À propos de l’auteur