Jouer « La Déprime » pour s’amuser pendant deux soirs

0

La Station touristique de Stoneham accueillait, les 10 et 11 novembre derniers, deux représentations de la nouvelle production de la troupe de théâtre amateur, les Saltimbanques de Stoneham. C’est la pièce québécoise « La Déprime » qui était proposée en format souper/spectacle. Enchaînant les scénettes burlesques et de nombreux personnages loufoques, la pièce comique – comme ne l’indique pas son titre – était la bonne formule pour rire et chasser la morosité de novembre en compagnie de la vingtaine de Saltimbanques passionnés.

Du monde sur la scène!
Les Saltimbanques de Stoneham avaient choisi « La Déprime » des auteurs Denis Bouchard, Rémy Girard, Julie Vincent et Raymond Legault pour leur spectacle d’automne. Une œuvre drôle malgré son titre : « Il s’agit d’une pièce comique des années 80, de la période de blues post-référendaire », expliquait Johanne Morin, la metteure en scène. Alternant le burlesque et la satire, la pièce se déroulant dans le terminus d’autobus de Montréal enchaînait pas moins de 39 scènes et faisait défiler 50 personnages. « Nous voulions une pièce drôle. On rit beaucoup dans cette pièce, on rit aussi de nous-mêmes. Il fallait aussi que les vingt comédiens aient tous un rôle et bien sûr que le public soit conquis », précisait Nathalie Samson, une des comédiennes de la troupe. Sur le modèle de « brèves de comptoir », la mise en scène faisait défiler les sketches et les personnages loufoques pour faire enchaîner les rires.

Une année charnière
Si la troupe montait sa septième production en six ans, cette année était particulière pour les Saltimbanques. « Nous avons beaucoup de nouveautés cette année ! », se réjouissait Mme Samson. En effet, pour la première fois, la MRC de La Jacques-Cartier a accordé une subvention culturelle qui a permis à la troupe de s’offrir une technique améliorée, les services d’un régisseur, d’une maquilleuse/habilleuse et d’un consultant en mise en scène. La troupe s’est également créée une page Facebook, a distribué plus d’affiches et a donné quelques brèves représentations dans les marchés pour attirer plus d’amateurs. Les billets ont également été mis en vente en ligne pour la première fois, permettant d’en vendre une cinquantaine. « Pour une première année, c’est un très beau résultat! », commentait Mme Samson interrogée le soir de la générale et qui s’attendait à deux salles pleines pour les deux représentations.

Des objectifs ambitieux pour 2018
Avec ces nouveaux moyens sont venus de nouveaux objectifs. Dix nouveaux comédiens amateurs ont rejoint récemment les rangs des anciens. La troupe proposera donc deux productions en 2018 : « Une pièce pour les enfants au printemps et une beaucoup plus pour les adultes à l’automne », s’amusait Johanne Morin. Les salles habituellement pleines permettent aux comédiens d’espérer offrir leurs spectacles dans d’autres villes. « Notre objectif 2018, c’est se faire remarquer par d’autres municipalités, de faire une petite tournée, pourquoi pas? », expliquait Nathalie Samson, tout sourire. La troupe s’est en tous cas donnée les moyens du développement pour aller chercher plus de spectateurs et de plaisir.

Partagez

À propos de l’auteur