Hémisphèr-e ouvre ses portes

0

Après 10 ans d’efforts, Annie-Karina Ouimet, Lincoln Anderson et Simon Rodrigue, de Lac-Beauport, ouvriront leur garderie prématernelle, Hémisphèr-e, en septembre, dans l’arrondissement Charlesbourg.

Orthopédagogue de profession, Annie-Karina Ouimet affirme que Hémisphèr-e offre un concept unique. Elle connaît d’ailleurs bien le milieu des garderies pour y avoir œuvré pendant plus de deux décennies. «En 23 ans d’orthopédagogie, j’ai côtoyé des enfants avec des troubles de développement sévères. J’étais consciente des besoins et je me disais qu’on pouvait tellement en faire davantage et autrement», estime-t-elle.
Hémisphèr-e comptera trois volets. C’est-à-dire la garderie (1 à 3 ans), le préscolaire (3 à 6 ans) ainsi que la clinique. Les enfants du volet clinique seront appuyés, entre autres, en neuropsychologie pédiatrique, en nutrition-diététique, en orthophonie, en psychologie et en psychoéducation.

Le concept
Celui de Hémisphèr-e a été inspiré par la façon de fonctionner de plusieurs pays.
«Pour trouver un concept se rapprochant du nôtre, il faut se tourner vers la Norvège, la Finlande et la Suède. Pour la pédagogie, je suis allée piger en Ontario parce que cette province est assez avancée dans ce domaine. Même si les Ontariens sont nos voisins, nous oublions souvent de nous tourner la tête vers eux », poursuit Mme Ouimet. «C’est aussi une bonne idée de regarder les pays asiatiques afin de connaître leur expertise de la science. Leur façon de faire est assez différente de la nôtre.»
Au sein de Hémisphèr-e, chaque local aura sa propre vocation. «Par exemple, nous en aurons un dédié à l’apprentissage des langues et de la culture du monde, un autre à la logique et aux mathématiques. Nous inclurons également la robotique dès l’âge de 3 ans », précise Mme Ouimet. «Benjo, une entreprise d’ici, fournira les jeux. C’est plaisant les pluches et les poupées, mais nous voulons faire les choses autrement.»

Inscriptions
Au total, 120 enfants seront admis chez Hémisphèr-e. Celle-ci est d’ailleurs en période d’inscription, autant chez les bambins que chez les professionnels. «Au total, nous avons 32 postes à combler. Quelques-uns d’entre eux le sont, mais nous avons encore besoin de personnel », mentionne Mme Ouimet. «Le tarif pour les enfants est de 54 $ par jour. Ce qui inclut les arrivées tôt, les départs tardifs, les ateliers et les sorties. Avec les crédits d’impôt gouvernementaux, ça revient à environ 20 $ par jour », tient-elle à préciser.
Même si la première garderie Hémisphèr-e n’a pas encore ouvert ses portes officiellement, ses gestionnaires songent déjà à élargir leurs horizons.
«Nous sommes une équipe dynamique avec des projets d’expansion. Dans les trois prochaines années, nous visons posséder cinq garderies Hémisphèr-e.»
Pour plus de renseignements, invitation est faite à visiter le www.hemispher-e.com.

Partagez

À propos de l’auteur