Grande mobilisation contre la pollution sonore

0

Les différents intervenants de la Municipalité des cantons unis de Stoneham-et-Tewkesbury ont additionné leurs efforts afin de mettre sur pied une campagne de sensibilisation à la pollution sonore sur les routes. Élus municipaux et représentants des associations de motocyclistes souhaitent que le dialogue soit la pierre d’assise de cette campagne.

La campagne se traduira par des affiches sur le territoire de la Municipalité, mais également par la distribution de dépliants informatifs. « Vous êtes les bienvenus, mais respectez-nous. Nous avons un beau paysage, mais le bruit dérange la nature et les citoyens », témoigne le maire Robert Miller.
« Plusieurs résidents lancent un appel à la tranquilité. Ce sont des gens accueillants qui veulent en retour un minimum de respect et de civisme », explique Gilles Gaboury, porte-parole de l’Association des citoyennes et citoyens de Tewkesbury, au sujet des motocyclistes produisant un niveau en décibel dépassant la limite permise par la loi.
Le représentant précise que de nombreux citoyens s’inquiètent de la détérioration du paysage sonore, alors que le « paradis visuel » de la région se transforme parfois en « enfer sonore » pour les résidents.
En octobre 2016, un dénombrement a permis de constater que pas moins de 348 motos ont traversé Tewkesbury, et ce, en seulement trois heures.
Selon les porte-paroles de l’activité de sensibilisation, le corridor panoramique de la vallée de la Jacques-Cartier et ses nombreuses courbes sont des attraits qui attirent annuellement des milliers d’adeptes de la moto.
« Il y a quelques motos qui font du bruit, mais beaucoup plus qui n’en font pas. On veut améliorer notre image et nous sommes en désaccord avec les pollueurs sonores », indique Gilles Dubois, président de la Fédération Motocycliste du Québec, regroupant 180 000 adeptes à travers la province.

Collaboration policière
Un protocole prévoyant la mise en place d’opérations policières, réalisées à l’aide d’un sonomètre calculant les décibels produits par les engins des motocyclistes, est présentement en cours d’implantation dans plusieurs municipalités du Québec.
Bien que la Municipalité de Stoneham-et-Tewkesbury ne soit actuellement pas partie prenante de ce protocole, les forces policières peuvent tout de même intervenir auprès des contrevenants du son à l’aide de moyens plus traditionnels.
« Nous pouvons inspecter le véhicule si l’on soupçonne que les gens ont modifié leur silencieux. Nous envoyons aussi parfois le véhicule à l’inspection mécanique. Un test avec un sonomètre est alors fait », précise le sergent Claude Baril de la Sureté du Québec.
« Les policiers ont une approche de contrôle et font leur possible avec les effectifs qu’ils ont. Notre campagne est complémentaire. Les motocyclistes, dans les salons de motos, sont très ouverts à ce projet. […] L’éducation est une arme de construction massive », conclut Michel Bertrand, conseiller municipal à la Ville de Cap-Santé.

Partagez

À propos de l’auteur

C’est avec grand plaisir que s’est joint Édouard à l’équipe de l’Écho du Lac, en 2016. Originaire de Lac-Beauport, ce journaliste est passionné par les questions d’enjeux publics. Il détient un baccalauréat en affaires publiques et relations internationales, une formation en droit, économie et politique. Édouard a également obtenu un certificat en journalisme décerné par le Département d’information et de communication de l’Université Laval. Il écrit aussi pour l’Adsum, le journal bimensuel de la communauté militaire de la région de l’est du Québec.