Des amitiés à l’abri du temps

0

Une cinquantaine d’employés ayant contribué à la mission du Centre de plein air le Saisonnier ont célébré le 75e anniversaire de cette institution, lors d’une soirée de retrouvailles, le 26 août dernier. Bien que les années se soient écoulées, les liens d’amitié de la communauté du camp de jour demeurent intacts. 

Pour Pierre Langevin, directeur général du Saisonnier depuis 2006, c’est le désir de faire vivre une expérience unique aux jeunes campeurs, partagé par tous les employés du camp, qui a assuré la longévité de cet organisme à but non lucratif.

« Nous avons beaucoup de personnel qui vient travailler au camp pour la socialisation et l’expérience. C’est vraiment l’école de la vie ici! », témoigne Pierre Langevin.

Le directeur rappelle les particularités uniques de l’organisme : « On est très chanceux. Nous sommes situés à vingt minutes de Québec dans un milieu exceptionnel en forêt. Nous avons aussi beaucoup de facilités comme l’accès au Club nautique et aux terrains municipaux, grâce à une entente avec la Municipalité ».

C’est en 1941, à l’occasion du congrès Lasallien qui marquait l’unification du mouvement des Amicales Lasalliennes, que remontent les origines de la colonie des Amicales ( 1er nom de la corporation ). C’est lors de ce congrès, qui s’est tenu à la Maison Provinciale des Frères des Écoles chrétiennes, que furent lancées d’importantes réalisations amicalistes ayant pour objectif l’éducation de la jeunesse. L’organisme s’est ensuite laïcisé au courant des années 90.

La récente soirée de retrouvailles incluait des activités extérieures, un souper champêtre et un incontournable feu de camp. Marie-Michelle Violette ne voulait pas manquer cette activité. Depuis les neuf dernières années, elle a joué plusieurs rôles au sein de l’organisation. Elle travaillait cet été à titre de responsable de l’intégration des jeunes en difficulté. « On a une super belle équipe. On essaie d’offrir de la magie aux enfants avec des spectacles et des thématiques intéressantes. Les gens se dépassent à chaque année », explique l’ancienne animatrice qui n’hésite pas à qualifier de « grande famille » le camp de jour. « On apprend toujours au camp. J’ai encore beaucoup de plaisir à revenir ici! », conclut-elle.

Infrastructures évolutives
Le directeur du Saisonnier revient sur les défis à venir : « Nous aurons près de 1 M$ d’investissement à effectuer sur nos infrastructures au cours des deux prochaines années », explique-t-il, concernant les portes, les fenêtres et le système d’eau qui devront sous peu être remplacés. Le pavillon de la Fondation Leucan, visant à donner du répit aux enfants atteints de cancer et à leur famille, a été rajouté il y a peu de temps.

Il ajoute que le camp garde toujours à l’esprit sa mission d’offrir un été de rêve aux enfants défavorisés grâce au programme Tournesol. Le 1er novembre sera l’occasion d’effectuer une grande levée de fonds à cet effet, grâce à un souper des chefs qui accueillera 160 convives. « Nous aurons la visite surprise d’un chef qui risque d’étonner bien des gens », affirme, souriant, Pierre Langevin.

Partagez

À propos de l’auteur

C’est avec grand plaisir que s’est joint Édouard à l’équipe de l’Écho du Lac, en 2016. Originaire de Lac-Beauport, ce journaliste est passionné par les questions d’enjeux publics. Il détient un baccalauréat en affaires publiques et relations internationales, une formation en droit, économie et politique. Édouard a également obtenu un certificat en journalisme décerné par le Département d’information et de communication de l’Université Laval. Il écrit aussi pour l’Adsum, le journal bimensuel de la communauté militaire de la région de l’est du Québec.