Des actions solidaires là-bas pour en revenir grandies ici !

0

Laissées à elles-mêmes durant 10 jours, c’est 5 000 kilomètres plus tard, le cœur plein d’émotion et la tête remplie de souvenirs que Brigitte Clavet et Claudie Lessard reviennent grandies de leur rallye dans le désert du Maroc.

Le raid Cap Fémina Aventure est une course non pas contre la montre, mais plutôt un défi d’orientation et de débrouillardise. Seules dans leur 4X4, Brigitte et Claudie devaient parcourir des épreuves dans un désert aride. L’une conduit le véhicule, l’autre oriente l’équipe avec une carte et une boussole.

Travailler en équipe et se faire confiance
Dès le départ, les deux femmes sont fébriles, mais confiantes. « La première journée, on regardait les paysages, on jasait, on prenait des photos et… on est allées dans la mauvaise direction. Sur le coup, on riait de notre erreur, mais ensuite on a réalisé que cela nous a retardé inutilement. Il faut donc conduire à deux, rester concentrées en tout temps et avoir une bonne mémoire visuelle pour retrouver son chemin », raconte madame Lessard, ricaneuse.
Les deux femmes doivent également se faire confiance mutuellement puisqu’elles avaient chacune leurs tâches respectives, cela fait partie du défi. « En se déplaçant dans le circuit, on croise parfois d’autres équipes. C’est facile de simplement les suivre. Je me souviens qu’un jour Brigitte m’indiquait que nous devions tourner à gauche. Un peu plus loin, je voyais d’autres véhicules continuer tout droit. Je lui ai fait confiance et nous étions finalement sur le bon chemin », explique Claudie.

Redonner au suivant
Un autre des buts de l’aventure est de faire des actions solidaires. Les deux femmes racontent que « dans les villages nomades, les gens vivent de façon très rustique. Des enfants pointent leur bouche pour quêter de la nourriture ou allongent leur grand-mère mourante sur le bord des routes pour obtenir un peu d’argent. C’est très triste, on se sent impuissantes ».
La sixième journée fut également forte en émotions pour les deux Québécoises. Arrivées dans la ville d’Erfoud, les participantes font une petite escale d’une journée afin de porter main-forte à l’école El Fida. Le but? Lui redonner vie en la peinturant de couleurs vives et en offrant du matériel scolaire aux élèves. Pour elles, cette activité leur a apporté un grand sentiment d’accomplissement et de bonté. « Les enfants étaient tous souriants, bien vêtus et prêts à nous recevoir. C’était beau à voir. On leur a redonné espoir », explique Brigitte.
Les deux femmes recommandent aux gens de prendre part à une activité de ce genre. Elles vont elles-mêmes relever d’autres défis et s’impliquer à nouveau. Cap Fémina Aventure leur a permis d’ouvrir leurs horizons sur une autre culture, de se dépasser personnellement, d’augmenter leur confiance en elles, etc. « Maintenant, lorsque je vais devoir faire face à un problème dans ma vie, je vais assurément l’affronter. Plus rien n’est à mon épreuve », confirme Claudie. « Ce que je retiens de l’aventure, c’est l’intensité émotionnelle de tout ce qu’on vit », ajoute Brigitte.
De retour à Québec, Brigitte et Claudie ont remis un chèque d’un montant de 2 000 $ à la maison Le Pignon Bleu dans le cadre de leur collecte de fonds. « Nous aimions l’idée d’aller aider une école au Maroc, mais nous voulions aussi faire rayonner un organisme de Québec qui vient en aide à des familles d’ici », affirme madame Clavet.

Partagez

À propos de l’auteur