Compostelle : un chemin personnel… en famille

0

Valérie Filion et son conjoint Patrick Loret ont effectué le long chemin de Compostelle en 2014. Membres de l’association Du Québec à Compostelle ayant tous deux été charmés par l’aventure, ils décidèrent de se lancer à nouveau, mais cette fois-ci en famille soit leur fille de 10 ans. 

Un défi en famille
« Cette année, c’est avec notre fille Olivia que nous allons refaire le chemin de Compostelle, de la France vers l’Espagne, soit le chemin Camino Francès. Nous débuterons à Saint-Jean-Pied-de-Port le 12 septembre et nous nous rendrons à Santiago de Compostela pour le 24 octobre. Notre objectif est de marcher 800 kilomètres, et ce, en 40 jours, soit 20 à 25 kilomètres par jour », affirme Patrick Loret. Parcourir 800 kilomètres à la marche, c’est beaucoup pour une personne. Ça l’est encore plus pour une petite fille de 10 ans. «Mais on s’entraîne et Olivia est prête!», confirme Valérie.

Le but de leur aventure ? D’une part, faire le défi en famille, être 24 h sur 24 ensemble, être réunis dans les bons moments comme dans les moins bons. « C’est de faire prendre conscience à Olivia que même à 10 ans, on peut accomplir de grandes choses et relever de grands défis. Lui faire expérimenter qu’elle possède en elle une force qui lui permet de continuer d’avancer lorsqu’elle croit qu’elle a atteint ses limites mentales et physiques. De favoriser pour elle un moment d’introspection sur le chemin et la rencontre de gens provenant des quatre coins de la planète », ajoute Mme Filion.

Compostelle, prise 2, action !
D’autre part, le couple désire filmer leur périple pour en faire  un long métrage. Ils avaient immortalisé leur première marche en 2014 et M. Loret, étant réalisateur vidéaste, veut offrir une certaine suite à son premier documentaire. « Celui-ci sera tourné en majeure partie avec un drone, donc vu du ciel. Ça ne s’est jamais fait auparavant », explique M. Loret. Ce genre de tournage permet aux gens de vivre l’expérience comme s’ils y étaient : « à quoi ressemble le chemin à parcourir, quelle est notre routine quotidienne, comment vivent les gens là-bas, etc. C’est notre façon de faire vivre ce périple aux gens, pour ceux et celles qui ne savent pas ce qu’est le chemin de Compostelle », ajoute-t-il.

Des défis techniques supplémentaires
Deux défis s’ajoutent pour la famille Filion-Loret ; celui de transporter tout le lourd matériel technique pour le tournage et celui de faire l’éducation scolaire d’Olivia. En effet, la petite devra manquer l’école durant sept semaines. Pendant que Patrick tournera ses images, Valérie devra pratiquer les règles de français, les tables de multiplication et les autres matières de cinquième année avec sa fille, afin que cette dernière ne prenne pas du retard dans ses apprentissages. « Son professeur ainsi que la direction de l’école nous ont beaucoup aidés afin de planifier le tout. L’assistant-directeur nous a grandement encouragés : « Sa grammaire, plus tard, elle va l’oublier, mais pas cette expérience. Foncez ! » C’est plaisant de savoir qu’ils sont avec nous dans cette aventure ! », mentionne M. Filion.

Pour les suivre, les encourager ou communiquer avec eux durant leur parcours :
www.compostelle-2017.jimdo.com.

Partagez

À propos de l’auteur