Clara remporte les grands honneurs

0

Jeune violoniste de Lac-Beauport

Violoniste depuis l’âge de deux ans, la jeune Clara Gilbert s’est démarquée, le 14 mai dernier, en remportant la coupe Jeunesse du Concours de musique de la Capitale. Accompagnée de son violon, elle a su impressionner les juges lors de ce concours provincial.

C’est en jouant la pièce Israeli Concertino de George Perlman que Clara Gilbert a gagné le cœur des juges. « J’ai choisi cette pièce parce que je la sentais. C’est comme si je l’avais écrite », explique la jeune violoniste de 11 ans. Malgré son âge, la violoniste a déjà participé à plusieurs compétitions et une lui a même permis de jouer en solo, accompagnée d’un orchestre symphonique. Les résultats de Clara l’encouragent et elle voit grand. « J’aimerais me rendre au conservatoire de musique ou à l’émission Virtuose [avec Gregory Charles] », affirme-t-elle sur ses rêves.

Émotions musicales
Pour Clara, le violon est un moyen d’expression comme la parole. « J’aime ça parce qu’on peut s’exprimer », explique la violoniste. « C’est un moyen de livrer nos émotions », ajoute sa mère et professeure Mélanie Grenier. Le violon offre toutefois son lot de défis. « Ce qui est le plus dur avec le violon, c’est la justesse », précise Clara. « Si nos doigts ne sont pas exactement à la bonne place, les notes ne seront pas justes. Quelques millimètres changent tout », ajoute-t-elle. Pour y arriver, la violoniste pratique tous les jours, en moyenne 45 minutes, depuis neuf ans maintenant.

Un concours unique
La particularité du Concours de musique de la Capitale est la méthode d’évaluation des performances. « L’enfant est jugé par lui-même. Il peut donc y avoir plusieurs médailles d’or ou aucune », explique Mme Grenier. Ainsi, les deux meilleurs médaillés d’or lors des préliminaires avanceront pour la finale. Les jeunes restants s’affronteront pour la coupe. Lors de la compétition, deux autres collègues et amies de Clara se sont distinguées. Les jeunes Rose Aimée et Alexine Giroux de Lac-Beauport ont toutes deux offert de belles performances.

Apprendre autrement
Dans toute cette aventure, Clara peut compter sur le savoir et l’expérience de sa mère pour la guider. Violoniste elle aussi, Mélanie Grenier possède une trentaine d’années d’expérience derrière elle en enseignement. « Ce que j’aime le plus, c’est de voir l’évolution des jeunes », explique-t-elle. « Si je suis capable de leur inculquer la discipline et le goût du dépassement, j’ai réussi », avoue la professeure. Pour y arriver, elle utilise la méthode Suzuki permettant aux jeunes de commencer très tôt. « C’est comme apprendre une langue maternelle. On y va graduellement avec beaucoup de répétitions et d’intériorisation du répertoire », précise Mme Grenier sur ses méthodes.

Partagez

À propos de l’auteur

Mélissa a complété un baccalauréat et une maîtrise en communication publique avec une spécialité en journalisme à l’Université Laval. Dynamique et souriante elle s’intéresse à tout. Elle aime voyager et elle se passionne pour la cuisine.