Chiens dorénavant acceptés au parc national de la Jacques-Cartier!

0

Code de conduite du propriétaire responsable

Depuis le 20 mai 2016, un projet pilote encadrant la présence des chiens dans le parc national de la Jacques-Cartier est en vigueur afin de mesurer l’impact de leur présence sur l’expérience de visite et sur le milieu naturel. Aux termes de la réalisation du projet pilote et à la lumière des données récoltées, la Sépaq prendra une décision éclairée pour tous les parcs nationaux dans l’avenir : autorisation selon certaines conditions ou interdiction. Dans le cadre du projet pilote, la Sépaq invite les propriétaires responsables à signer un code de bonne conduite.

Santé
La rage n’est pas la seule maladie qui peut se transmettre entre les chiens et les animaux sauvages. Certaines maladies, comme le parvovirus canin, se transmettent principalement par les excréments de chiens infectés. Le virus peut persister dans l’environnement au-delà de six mois, d’où l’importance de ramasser les excréments et d’en disposer convenablement. Des maladies peuvent également être transmises aux chiens par les animaux sauvages, comme la leptospirose. Celle-ci est transmise par l’urine ou le sang des animaux malades. Elle peut résister dans des environnements humides, particulièrement dans les eaux stagnantes où le chien peut s’abreuver. Cette pathologie, en plus de rendre votre bête très malade, nécessite un traitement très coûteux. Il est donc important de vous assurer de faire vacciner votre chien et de procéder aux rappels de vaccination appropriés.

Protection de la faune
Le chien est perçu par plusieurs animaux sauvages comme un prédateur. Si l’animal sauvage prend la fuite, il dépense alors de précieuses réserves dont il a besoin pour assurer sa survie. Pour éviter cette situation, il est essentiel de tenir le chien en laisse et de maintenir une distance respectable si on croise un animal sauvage.

Protection du milieu et des autres visiteurs
Un parc national est non seulement une aire protégée assurant la protection et la mise en valeur d’un milieu naturel, il est également un lieu de relaxation et de récréation pour les visiteurs qui le fréquentent. La présence des chiens doit se faire en harmonie avec le milieu et les autres visiteurs. En plus d’assurer la quiétude et la sécurité des autres visiteurs, un comportement exemplaire évitera de dégrader le milieu naturel (exemple : interdire à son chien de creuser un trou sur un terrain
de camping).

Partagez

À propos de l’auteur