Ça brasse au conseil !

0

Séance de janvier du conseil municipal de Lac-Beauport

La première séance de 2016 du conseil municipal de Lac-Beauport, le 11 janvier dernier, était bondée et surtout mouvementée. La nouvelle limite de vitesse, la municipalisation des chemins privés et le moratoire sur les permis de construction ont animé les citoyens lors de la soirée.

Le nouveau projet de diminution des limites de vitesse sur le territoire de la municipalité a enragé plusieurs citoyens. Le plan des conseillers municipaux est d’uniformiser à 50 km/h la limite de vitesse. Or, plusieurs résidents du secteur du lac Bleu et du lac Morin s’opposent fortement à cette modification. C’est le chemin des Lacs qui cause surtout problème aux résidents puisqu’il compte des portions à 60 et 70 km/h qui seront réduites à 50. Un citoyen précise que cette diminution va amener des manœuvres dangereuses de la part des automobilistes. « Assis dans une auto à 50 km/h pendant 8 km de temps, je fatigue ! Quand j’en vois un qui va encore moins vite, je fatigue encore plus et j’ai envie de dépasser », affirme-t-il. Un autre citoyen a pris la parole pour suggérer qu’au lieu d’avoir une limite de 50 km/h sur tout le territoire, que celle-ci soit modulée aux différentes zones de la Municipalité. « Dans les portions dangereuses, avec une forte densité et avec des enfants, il faut avoir une vitesse adaptée. Il faut en avoir une autre pour les endroits avec une faible densité », explique le jeune homme.

Municipaliser, mais à quel prix ?
La Municipalité de Lac-Beauport comprend plus d’une trentaine de chemins privés sur son territoire. Ceux-ci posent problème puisque les entreprises d’entretien et de services, comme le service de déneigement, de cueillette des ordures et de protection contre les incendies, refusent de desservir ces chemins. Plusieurs sont trop étroits, rendant l’accès difficile, mais aussi ils augmentent la prime d’assurance de ces compagnies. « Nous entretenons bien nos chemins et ils sont de la même largeur que ceux qui sont publics. En plus, on paie le même prix que tout le monde pour nos services ! », rétorque un citoyen, à la mairesse, pendant la période des questions.

Un moratoire indigeste
Quelques citoyens ont profité de la période des questions pour demander des explications à la mairesse concernant le moratoire sur l’émission des permis de construction en vigueur jusqu’au 12 mars prochain. Mme Brunet a tant bien que mal essayé de justifier sa position dans le dossier sans toutefois convaincre l’assemblée. « Je me suis positionnée POUR [le moratoire], pour les citoyens et être mise au courant », explique la mairesse de Lac-Beauport, Louise Brunet. Cette déclaration n’a cependant pas plu au conseiller Marc Bertrand. Il affirme que, selon les données produites par le directeur de l’urbanisme et du développement durable, Lac-Beauport ne pollue pas. « J’ai des chiffres qui disent le contraire », souligne la mairesse Brunet. Le combat entre les deux a cependant été laissé en suspens par Mme Brunet qui souhaitait laisser la place à d’autres questions des résidents.

Partagez

À propos de l’auteur

Mélissa a complété un baccalauréat et une maîtrise en communication publique avec une spécialité en journalisme à l’Université Laval. Dynamique et souriante elle s’intéresse à tout. Elle aime voyager et elle se passionne pour la cuisine.