Boub, plus Boub que jamais !

0

C’est sans tambour ni trompette que Boub rouvrait ses portes le 18 juin dernier, un an et cinq jours après l’incendie qui ravageait ce repère familial à Lac-Beauport. Et dire que Valérie Dumas voulait faire une ouverture tranquille… Raté ! Il aura suffi d’y voir quelques voitures dans le stationnement pour que la nouvelle s’ébruite comme un feu de poudre. Mesdames et messieurs, bienvenue à bord du nouveau Boub 2.0!

« Tout le monde a un souvenir du 13 juin 2017… La rue était bloquée, les gens passaient et pleuraient. On ne savait pas qu’on était aussi importants dans la vie des citoyens de Lac-Beauport, même encore aujourd’hui on reçoit une autre grande vague d’amour », explique la propriétaire Valérie Dumas, rencontrée quelques minutes après le rush du petit-déjeuner.

Voie de passage
Été 2017, alors que devait s’amorcer une saison achalandée, voilà que Valérie et son conjoint Louis Gagnon se retrouvaient momentanément devant rien. « Au début c’était inquiétant, déstabilisant, on avait du chagrin, on se voyait un an sans travailler », se souvient Valérie. « Même si on tentait de profiter de ce temps libre avec nos enfants, on n’était pas bien. » Cette impression d’oisiveté n’aura duré qu’un temps puisque dès septembre s’amorcèrent les procédures pour que, tel le phénix, Boub renaisse de ses cendres. Plans, demandes de permis, choix de l’entrepreneur, première pelletée à la mi-décembre, déco et habillage de l’intérieur dès le mois de mars. Choix du mobilier, des matières, aménagement des aires de travail… Il n’a pas chômé le couple Dumas-Gagnon! « La déco, c’est notre passion commune à Louis et moi. On voulait créer de la chaleur avec des matières naturelles comme le bois, bien que le décor soit d’influence contemporaine industrielle. » De l’avis de tous, c’est réussi, vous avez l’œil chers amis! Malgré qu’on nous affirme que le Boub 2.0 a 10 places de moins, on le trouve grandiose avec son plafond haut juché, son comptoir-lunch – oh wow !- sa section « take out » et son prêt à manger. Et que dire de la terrasse ? Tout simplement magnifique ! Le bar laitier, quant à lui, fait assurément des envieux!
Maintenant que Boub est de retour dans le paysage et que la clientèle y refait son nid, ce que souhaite Valérie c’est de répondre le mieux possible à la demande. Nouveau personnel, plusieurs anciens, nouveaux espaces de travail; période d’adaptation il y a, et c’est tout à fait normal. Le menu, on le maîtrise bien, c’est du quasi-copier-coller à part quelques nouveautés. Reste maintenant à ce que tout ce beau monde prenne sa vitesse de croisière, et de l’avis de Valérie, « les jeunes apprennent vite »! « On a une super équipe qui se donne à 150 % ! » Sachez Val et Louis que les Lac-Beaportois sont heureux à 100 % de votre retour!

Partagez

À propos de l’auteur