Apprivoiser le deuil par le théâtre

0

Cette année, la pièce de théâtre Ora a été remplacée par une nouvelle production intitulée Aller simple, jouée par les élèves de 5e année de Marc-André Perron à l’école Montagnac. Cette dernière porte sur le deuil et a été créée par l’enseignant au cours de l’été 2016. C’est le 26 avril dernier que la première représentation a été offerte à l’agora de l’école des Sentiers, une œuvre qui a nécessité tout un travail d’équipe entre les élèves, le personnel et les parents ! 

La pièce aborde le deuil et a permis à Marc-André Perron d’utiliser cette thématique comme sujet de discussion en classe, un prétexte à l’apprentissage. « Je trouve que c’est bon d’avoir un équilibre entre le conventionnel et les méthodes de travail très structurées versus tout ce qui est plus explosif et éclaté », précise l’enseignant. Même l’organisme Deuil Jeunesse s’est retrouvé impliqué dans le projet alors qu’une représentante est venue « en classe pour parler de ce sujet-là avec les élèves, bien comprendre la signification et le sens » et aider Marc-André à utiliser les mots justes. Il a rédigé la pièce à l’été 2016 et a lancé officiellement le projet au retour en classe l’automne dernier, en demandant s’il y avait des parents qui désiraient collaborer. Plusieurs ont mis la main à la pâte que ce soit pour les photos, les costumes, le décor, le maquillage ou le montage vidéo. Madame Marie-Ève, enseignante en première et deuxième année, a également joint le projet afin de concevoir les chorégraphies.

Un projet communautaire

« Je suis parti à l’écriture en me disant que j’allais avoir une cohorte incroyable. » Le soir de la représentation, l’enseignant était un peu émotif de voir le fruit du travail de ses élèves malgré les contraintes de temps. « Je sais que dans les cinq derniers mois, on a travaillé à raison d’une période par jour de théâtre. Cela vous a demandé un investissement qui est vraiment énorme à la maison. Je remercie les parents d’avoir accompagné les élèves de la sorte. » Certains d’entre eux ont même participé à un comité financement et commandites. « On a écrit des lettres, on a envoyé ça ici et là et finalement, on a eu des super belles réponses de Desjardins, du ministère de la Culture qui veut assurer une pérennité du projet et qui a donné un bon montant aussi pour l’année prochaine », précise Marc-André. Le soir de la représentation, plusieurs anciens élèves et leurs parents étaient présents, de même que la direction de l’école. « Je suis très content que la direction soit présente aussi pour savourer la réussite et le succès de ces 25 élèves, je vais dire mes 25 préférés », confie l’enseignant.

Apprendre en s’amusant

Les rôles principaux de la pièce étaient convoités, mais Marc-André a effectué la distribution en fonction de la réussite et du temps de travail requis. « Les élèves ne sont pas sélectionnés, je les prends tels qu’ils sont et je les amène le plus loin possible, en sachant qu’ils ont des limites. […] On a tendance à oublier qu’ils ont juste 10 ans », conclut l’enseignant. « À travers de tout ça, on ne veut pas juste qu’ils réussissent, on veut qu’ils grandissent en tant que personnes et qu’ils puissent se surpasser au niveau académique parce que le projet leur apprend la vie et des compétences transversales. »

Partagez

À propos de l’auteur

Amélie est titulaire d'un baccalauréat en communication publique décerné par l'Université Laval. Elle a complété ses études avec le profil international en étudiant une session à Sydney, en Australie. Par la suite, la réalisation de huit contrats enrichissants dans des organisations publiques et privées lui ont permis de découvrir une passion oubliée pour la rédaction. En 2014, elle décidait de se lancer à son compte pour réaliser son rêve, soit celui d'écrire pour gagner sa vie. Elle est heureuse de collaborer aux Éditions Platine depuis un peu plus d'un an, ce qui lui permet de faire rayonner des gens passionnés et des projets de tous les horizons!