À quelques dollars de la paix intérieure

0

À l’aube de sa deuxième saison au sein de l’équipe du Québec de ski alpin, Gabriel de Varennes nage dans la confiance, et avec raison. En novembre, il était classé premier au Canada et 11e au monde sur le circuit masculin U18. Toutefois, il reste encore quelques ficelles à attacher avant de s’abandonner totalement au ski, notamment celle de l’argent.

Il faut d’abord savoir que les dépenses d’une saison comme celle que s’apprête à vivre Gabriel de Varennes s’élèvent à plus de 37 000 $.
« Le ski, c’est très cher. On doit payer l’équipement et les voyages, puisqu’il y a peu d’activités au Québec », expliquait l’athlète de 17 ans, à quelques heures de son départ pour onze jours au Yukon. « J’ai de très très bons partenaires qui sont avec moi depuis longtemps, et qui m’aident énormément. Tout de même, j’ai dû démarrer une campagne de sociofinancement afin de récolter les derniers 3 000 $ dont j’aurai besoin. J’invite les gens à aller faire un tour sur le site et à m’encourager », explique le jeune homme. On peut facilement retrouver sa campagne de sociofinancement sur le site makeachamp.com.

L’équipe nationale sous peu ?
Avec des classements fort avantageux, Gabriel de Varennes cogne à la porte de l’équipe nationale de ski alpin. « On m’a dit l’an dernier que les entraîneurs de l’équipe nationale s’intéressaient à moi. C’est à la fois flatteur, mais aussi une certaine pression additionnelle. Mais bon, c’est pas mal ça qu’on cherche quand on se lance dans le ski de compétition, alors je vis bien avec la pression », explique le jeune homme, qui préfère les épreuves de slalom.
« Passer sur l’équipe nationale, c’est envisageable, oui, mais probablement pas tout de suite. On peut toujours être surpris, mais généralement, ils font appel à des athlètes qui ont autour de 20 ans. J’aurai 18 ans en avril, alors ça me donne un peu de temps pour continuer à m’améliorer », ajoute-t-il.
Comme tout athlète de son niveau, qui de surcroit performe très bien dans les différentes compétitions québécoises, canadiennes et internationales, Gabriel de Varennes ne s’en cache pas : l’objectif ultime reste de participer aux Jeux olympiques.
« C’est réaliste aussi. Mais pour le moment, je vis une année à la fois. Je pense que je suis capable de participer aux JO, je travaille fort, et je vais contrôler ce que je peux contrôler. Le reste viendra bien assez vite ! », explique-t-il sagement.
La saison 2017-2018, bien qu’officiellement encore en « préparation », est en fait déjà bien entamée. Au retour du camp qui se déroulait au Yukon à la fin novembre, les compétitions doivent débuter, parfois aux États-Unis, parfois au Canada, notamment le circuit de compétition du Québec.
« Partout dans le monde, c’est la même chose. Les skieurs veulent amasser des points pour améliorer leur classement et je ne fais pas exception. On aime se comparer et se faire remarquer par nos équipes nationales. Pour ça, il faut des points !

www.facebook.com/GabrieldeVarennesathleteskialpin

Partagez

À propos de l’auteur